Logo Seebrücke Schweiz

Finis les retours forcés ! Droit de rester pour tous en Suisse !

13. June 2022
Nouvelles

Maria, une femme de 30 ans originaire d’Érythrée, est arrivée en Suisse fin décembre 2021. Elle a déposé une demande d’asile au centre fédéral de Chiasso. Les autorités suisses ont refusé de l’accueillir sous prétexte qu’elle avait obtenu le statut de réfugié en Grèce. Début mai, elle a été transférée au canton de Lucerne, qui est responsable de l’exécution des renvois forcés. Là-bas, ils n’ont pas perdu de temps. Quelques jours plus tard, elle s’est rendue à un rendez-vous au bureau de migrations pour prolonger son document de séjour. Mais là, la police l’attendait. Elle a été arrêtée et emmenée à la prison administrative de Zurich. Les policiers exercent une forte pression sur elle : soit elle prend le vol régulier réservé pour elle, soit elle est emprisonnée et renvoyée de force en Grèce. Elle veut laisser une trace de son expérience et de son désespoir.

Trigger warning : ce texte présente des contenus qui pourraient choquer des personnes sur le plan psychique, physique ou d’une autre manière.

« Quand j’avais 12 ans, j’ai fui mon pays d’origine, l’Érythrée, et je me suis installée avec mon frère et ma mère en Éthiopie, dans la région d’Oromo.

J’ai fui l’Éthiopie il y a trois ans pour des raisons politiques et familiales. Aujourd’hui, cette région est en guerre et souffre d’une très grande famine, mais personne n’en parle ni ne fait rien pour lutter. 

J’ai quitté l’Éthiopie pour la Turquie. Après plusieurs tentatives de quitter la Turquie par la mer pour la Grèce, je suis arrivé sur l’ile de Chios. Je pensais que la Grèce était le paradis, mais au lieu de cela, c’était l’enfer. J’ai vécu pendant deux ans dans un camp de réfugiés dans des conditions inhumaines et catastrophiques. Je vivais avec une amie dans une tente provisoire, avec un réchaud à gaz pour cuisiner. En hiver, il faisait très froid, les tentes ne sont pas adaptées à l’hiver et à la pluie. Nous n’avions pas assez de couvertures et de vêtements. Le camp était surpeuplé, les toilettes étaient pleines de trous, les conditions d’hygiène étaient déplorables, il y avait des déchets partout. Il n’y avait pas d’eau courante et il n’y avait pas assez de nourriture pour tout le monde. La nourriture qu’il y avait était très mauvaise. Une absurdité totale. Personne ne devrait avoir à vivre dans de telles conditions. Nous n’avions aucun soutien de qui que ce soit, c’était le chaos total. Parfois, il y avait même des policiers qui nous chassaient comme des chiens errants ou, au pire, nous frappaient avec leurs matraques.

J’ai demandé l’asile politique sans même comprendre ce qui m’arrivait, personne ne m’a expliqué de quoi il s’agissait et quels étaient mes droits. En deux ans, j’ai reçu 90 euros. Quand ils m’ont donné l’autorisation, ils m’ont dit que je devais quitter le camp et que je devais me débrouiller seule. Je pense qu’ils le font exprès pour pouvoir délivrer facilement des permis, car ils savent que les gens quittent les horribles camps et disparaissent. Après deux ans, je suis donc arrivée à Athènes, nous nous sommes installés dans la rue (place Victoria). Je n’ai reçu aucune aide. C’était terrible, chaque nuit, avec mon amie, nous avions peur de nous faire agresser. C’était trop dangereux, en tant que femme, on risque d’être abusée tous les jours.

Lorsque j’étais à Chios, j’ai été victime d’un viol collectif. Je n’ai pu en parler à personne et je n’ai reçu aucun soutien, ni médical, ni gynécologique, ni juridique, ni psychologique. J’étais seule.

Mais pour les autorités suisses, tout ce que j’ai vécu en Grèce ne suffisait pas, elles ont rejeté ma demande d’asile. Je ne représente qu’un numéro, pas une personne.

Extrait de la décision négative du SEM

Ils me disent que je dois retourner dans la rue en Grèce, que mon histoire n’est pas assez crédible :

Comment est-il possible d’être traité de cette manière ? Comment puis-je prouver que j’ai été violée ?

Il n’y a pas de dignité en Grèce, personne ne devrait vivre dans ces conditions. J’aimerais les voir en personne, ceux et celles qui prennent les décisions négatives depuis leurs bureaux, et qu’on m’explique comment je peux vivre dignement en Grèce : je suis un être humain, une personne avec des droits, je ne suis pas une souris.

Lieu du délit SCHENKON : c’est ici que M. a dû vivre isolée du reste de la société pendant son séjour dans le canton de Lucerne. Ce cloisonnement a pour but d’empêcher que des contacts sociaux ne se créent avec la Suisse. Cela facilite aux autorités une expulsion sans complications pour eux.

En mars, une de mes connaissances a été réveillée par des policiers, arrêtée et expulsée vers Athènes. S. vivait avec moi dans la même chambre, à Chiasso, dans la via Motta. Tôt le matin, ils ont frappé à la porte, trois d’entre eux sont entrés dans la pièce, mais en bas, à l’entrée, ils étaient nombreux, peut-être une douzaine. Ils lui ont passé les menottes devant moi, comme si elle était la pire des criminelles, comme si demander l’asile en Suisse était un crime. Ils ont pris ses affaires et les ont mises dans un sac. Quelques jours après son arrivée à Athènes, S. m’a raconté qu’elle avait passé trois jours, un à Lugano et deux à Zurich, dans des cellules de police, au froid, sans rien, trois jours sans prendre de douche, et qu’elle avait été soumise à des pressions psychologiques répétées : “Soit tu signes le renvoi, soit tu vas en prison, tu n’as pas le choix”. Elle a essayé de se battre, mais au bout d’un moment, elle a perdu espoir et se retrouve à nouveau dans la rue à Athènes, toujours au même endroit (place Victoria), sans aide, sans protection, sans dignité.

Lieu du délit AMIGRA : à l’Office des migrations de Lucerne, M. a été arrêté par la police le matin du 16 mai et emmené en prison, menottée. Il devait s’agir que d’un entretien. 

Après quelques semaines, c’était mon tour. Je vivais chaque jour avec la peur d’être la prochaine. J’étais plutôt sereine, car j’avais une demande de réexamen en attente auprès du tribunal administratif fédéral. Mais rien, partout où je passais, on me chassait. Quand je suis arrivé à l’office des migrations à Lucerne, ils m’ont arrêté là-bas, ils m’ont aussi menotté. Ils me disent : “Tu dois partir, retourner en Grèce”. Ils m’emmènent à Zurich, je dors une nuit dans une cellule sans fenêtre, un avion m’attend à 9 heures ; si je ne l’attrape pas, prison et renvoi forcé. Je ne sais pas ce que je dois faire, mais je n’ai plus la force de me battre, de lutter, je me laisse aller…. 

Lieu du délit POLICE : À la police de Lucerne, M. a été retenue pendant 24 heures. Elle n’a reçu aucune information sur sa situation et n’a pas reçu de nourriture jusqu’au soir. 

Quand je suis arrivé à Athènes, il n’y avait personne. Les autorités grecques n’étaient au courant de rien, bien que la Suisse soit obligée de les informer de mon arrivée. Je me retrouve là où j’ai commencé, à nouveau dans la rue, à nouveau en danger, à nouveau sans protection. Grâce à quelques amis, je trouve un endroit pour dormir, mais je ne sais pas pour combien de temps…. Quelle misère ! Pourquoi l’Europe nous traite-t-elle de la sorte ? L’Éthiopie aussi est en guerre, pourquoi ne sommes-nous pas traités comme les Ukrainiens ? »

Depuis plusieurs années, de nombreuses ONG (HCR, Amnesty International, Human Rights Watch, Médecins sans frontières, etc.) dénoncent régulièrement la situation des personnes en fuite en Grèce. Les prestations d’aide aux réfugié·e·s et aux requérant·e·s d’asile sont extrêmement précaires. Les personnes n’ont pas accès à un logement ou à une aide financière de la part des autorités grecques et se retrouvent souvent à la rue sans aucun soutien [1].

Pourquoi les autorités suisses et cantonales harcèlent-elles des hommes, des femmes, des enfants, des personnes vulnérables, pour les renvoyer dans des pays où les conditions de vie ne sont pas dignes ? Ce ne sont plus des êtres humains, mais de simples colis. Comment est-il possible de ne pas voir les conditions catastrophiques du système d’accueil grec ?

Lieu du délit DE L’AÉROPORT : C’est dans la prison de l’aéroport que M. a passé les dernières heures avant d’être expulsée vers la Grèce le 18 mai. Le refus de monter dans l’avion aurait entrainé un rapatriement sous contrainte physique. En Grèce, personne ne l’attendait.

Nous exigeons la fin de toutes les expulsions et de tous les renvois forcés, la fin de la violence d’État, pour l’accueil de toutes les personnes qui ont besoin de protection !

Chiasso, juin 2022.


[1] https://www.rts.ch/info/monde/12591862-des-ong-denoncent-la-precarite-des-personnes- au-statut-de-refugie-en-grece.html“

Ouverture du procès Iuventa : Augmentation de la criminalisation de la fuite, de la migration et de la solidarité

17. May 2022
Nouvelles

Le 21 mai, le procès préliminaire de l’équipage de l’Iuventa s’ouvre en Sicile. Alors que les sauveteurs en mer* et les activistes européens reçoivent beaucoup d’attention et de soutien de la part des médias lorsqu’ils sont criminalisés, la pratique quotidienne de l’emprisonnement de migrants (exclusivement des hommes) confrontés aux mêmes accusations passe presque inaperçue. Des milliers de migrants sont arrêtés et emprisonnés en Italie et en Grèce pour un prétendu “trafic de migrants” et une “aide à l’immigration clandestine”.

En Grèce, l’aide à l’immigration clandestine est plus sévèrement punie que le meurtre. Il y a le cas de Hasan et N. Hasan est accusé de trafic d’êtres humains et risque jusqu’à 230 ans de prison. Il aurait piloté un bateau qui a fait naufrage en novembre 2020 au large de Samos. N. et son fils, qui n’a pas survécu au naufrage, se trouvaient à bord. N. est accusé d’avoir mis son fils de six ans en danger en prenant la fuite. Pourtant, le naufrage n’est ni la faute de Hasan ni celle de N.. Il est le résultat direct de la fermeture croissante des frontières de l’UE, qui oblige les gens à risquer leur vie et celle de leur famille. Leur procès aura lieu le 18 mai 2022.

Il y a le cas d’Amir et Razuli. Ils ont tenté d’atteindre la Grèce sur un canot pneumatique en mars 2020. Les “garde-côtes” grecs ont attaqué le bateau et ont tenté de le repousser par la force dans les eaux turques. Après avoir échoué, Amir et Razuli ont été arrêtés et accusés arbitrairement de “contrebande” et de “mise en danger de la vie d’autrui”, ainsi que d’être entrés eux-mêmes “illégalement” sur le territoire. En septembre 2020, ils ont été condamnés à 50 ans de prison. Leur procès en appel a été reporté au 8 décembre 2022 en raison de “l’encombrement du tribunal”.

Ou encore le cas des #Paros3. Le 5 mai, un tribunal grec a condamné Kheiraldin, Abdallah et Mohamad à un total de 439 mois de prison pour avoir piloté une embarcation lors de leur propre fuite. Le bateau a chaviré en décembre 2021 au large de l’île grecque de Paros, tuant 18 personnes.

Ces migrants font ce que l’UE leur demande de faire : Ils viennent sur le sol européen, en l’occurrence sur les îles grecques, pour déposer une demande d’asile. C’est la procédure normale pour pouvoir demander l’asile en Europe. Mais dès qu’ils arrivent, ils sont criminalisés précisément pour cela. Il est pourtant typique que les personnes qui organisent la traversée et gagnent de l’argent ne se mettent pas en danger et que les migrants soient ainsi contraints de piloter le bateau.

En criminalisant le conducteur du bateau ou n’importe quelle personne se trouvant sur le bateau, les autorités grecques peuvent faire croire au succès de leur travail contre les passeurs. En effet, le public ne s’intéresse généralement pas à ces personnes. Ces dernières années, 2’000 à 3’000 personnes ont été concernées par cette criminalisation en Grèce. Nous n’avons même pas connaissance de nombreux cas.

Un avocat grec décrit ainsi le déroulement typique d’une procédure contre des migrants* : Lors de la mise en détention, un avocat examine brièvement le cas. Après huit à douze mois, le procès a lieu. Dix minutes avant le début du procès, les accusés voient l’avocat pour la première fois. Les débats durent quelques minutes. Pas de témoins*, pas de preuves, jugement rapide. Il n’est pas question d’un procès équitable qui respecte les lois en vigueur. La peine habituelle : 5 à 15 ans de prison pour chaque personne présente sur le bateau. Pour 30 personnes, on obtient des peines absurdes de plus de 200 ans. Même si sur cette période de détention, 12 à 20 ans doivent effectivement être purgés, la pression psychologique d’un tel jugement est énorme. D’autant plus pour un crime qui n’en est pas un et pour lequel on n’est pas coupable. Pour un crime sans victime. Car qui est la victime lorsque des personnes sont transportées à leur demande de la Libye vers l’Italie ou de la Turquie vers la Grèce ?

La situation est similaire en Italie. Les migrants arrêtés en Italie sont accusés d’aide à l’immigration clandestine, un crime passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à 20 ans et de lourdes amendes. Les droits humains fondamentaux sont également violés en Italie. Souvent, les migrants sont détenus pendant des mois sans même en connaître la raison. Ils manquent d’informations et de traductions. Les migrants sont accusés sur la base de preuves extrêmement faibles et de témoignages peu fiables, les audiences sont rarement publiques et il n’y a pas d’accès adéquat à une défense juridique. Les procès sont politiques et les tribunaux stricts. En Italie aussi, ces procès se déroulent en partant du principe que personne ne s’intéressera aux personnes et aux violations des droits qu’elles subissent. Dans de nombreux centres de détention, il n’est pas possible de déposer une demande d’asile. C’est pourquoi la détention provisoire se transforme rapidement en détention en vue de l’expulsion.

Début avril, la cour d’appel de Palerme a acquitté quatorze migrants qui avaient été détenus en Italie entre 2016 et 2018. Ils avaient été arrêtés en mai 2016, juste après leur arrivée en Sicile, et accusés d’avoir piloté des embarcations transportant des migrants*, se rendant ainsi coupables d’aide à l’entrée illégale sur le territoire. Dans un rapport récent, l’ONG Arci Porco Rosso documente que depuis 2013, plus de 2 500 personnes ont été arrêtées en Italie sous l’accusation d’avoir piloté un bateau.

Des groupes comme Arci Porco Rosso et Borderline Europe souhaitent rendre publique cette criminalisation systématique de la migration. Ils donnent des noms aux personnes concernées, attirent l’attention sur leurs cas et fournissent un soutien juridique. Pour ce faire, nous pouvons par exemple les soutenir par des dons pour l’assistance juridique ou par des actions publiques et un travail médiatique sur les différents cas : Liberté pour les #Samos2, liberté pour les quatre footballeurs, liberté pour les Moria6, liberté pour Amir & Razuli, liberté pour Hamza & Mohamed.

Ces processus politiques fonctionnent parce que le discours public suit le récit : La mort en Méditerranée serait la conséquence du “trafic d’êtres humains”. Si l’on mettait enfin un terme à ce trafic, le problème serait résolu. Mais celui qui utilise ce récit et accuse des personnes qui ont piloté un bateau qui devait conduire des personnes en sécurité ne peut plus se présenter comme défenseur* des droits de l’homme et encore moins comme défenseur* des droits des migrants. Désigner les véritables responsables de la mort en Méditerranée, les décideurs* européens et les acteurs comme Frontex, est la base d’une large résistance publique à cette criminalisation.

Les gens se rendent aux frontières pour de nombreuses raisons. Ils y demandent à des gens de leur faire traverser les frontières. Parce que cela ne fonctionne pas autrement. Dans les cas dont il est question ici, ils ne sont pas traînés contre leur gré de leur lieu d’origine à travers les frontières par des passeurs. Ils ne se mettent pas en route vers l’Europe à cause des passeurs. Chaque personne a une raison individuelle de fuir ou de migrer. La migration est une réalité à laquelle nous ne pouvons faire face qu’en sécurisant les routes migratoires.

Ce oui renforce la forteresse. Ce oui est raciste.

17. May 2022
Nouvelles

Communiqué de presse du comité référendaire NoFrontex | 15 mai 2022

Avec le résultat du vote d’aujourd’hui, la Suisse se rend complice de la mort et de la violence contre des dizaines de milliers de personnes. C’est une grande déception ! Mais n’oublions pas que la résistance contre le régime migratoire mortel existait déjà avant le référendum et qu’elle continuera d’exister. Dans ce cadre, NoFrontex continuera à s’engager contre Frontex et pour la liberté de mouvement. Nous demandons aux votant∙es suisses : Au vu de la violence et de la misère régnant aux frontières extérieures de l’espace Schengen, comment pouvez-vous répondre à ce oui à l’expansion de Frontex ?

Le référendum NoFrontex a montré comment la Suisse cofinance et co-administre Frontex. Il a fait prendre conscience à l’opinion publique de la responsabilité de la Suisse dans la violence, la misère et les morts aux frontières extérieures de l’espace Schengen. Les révélations de ces dernières semaines ont souligné ce que l’on sait depuis longtemps : Frontex ne sauve pas, mais est complice de la violence aux frontières extérieures de l’Europe. Frontex ne dispose pas de navires de sauvetage en mer en Méditerranée, mais observe depuis les airs comment les gens se noient. Frontex informe systématiquement les soi-disant garde-côtes libyens des bateaux qui partent de Libye en direction de l’Italie. Celle-ci intercepte les personnes en fuite et les renvoie de force en Libye. Une situation similaire se présente en mer Égée : Frontex fournit aux commandos grecs des informations sur les passages de frontière, qui leur permettent d’imposer leur régime de pushback violent. Frontex est l’épine dorsale de cette politique – l’agence ne renforce pas les droits humains, mais considère les migrant∙es comme une menace et mène une véritable guerre contre la migration. En tant que membre de Frontex, la Suisse est également complice.

Un référendum d’en bas

Comme ni les grands partis ni les grandes organisations de politique migratoire et de défense des droits humains ne s’opposaient à l’expansion de Frontex, un référendum a vu le jour à partir de la base. Ce sont des militant∙es et des associations de base autour du Migrant Solidarity Network qui ont lancé le référendum et l’ont porté jusqu’au bout – beaucoup d’entre eux∙elles sont exclu∙es de la votation elle-même. En tant que mouvement extraparlementaire et antiraciste, iels ont rendu le référendum possible, dans un sprint final exceptionnel, et sont intervenu∙es dans le discours politique au cours des trois derniers mois : de nombreux événements, manifestations et autres actions ont eu lieu. Des soutiens européens ont visité la Suisse et des réseaux de résistance se sont renforcés au niveau local et transrégional.

Rétrospective de la situation : Scandale après scandale autour de l’agence européenne des frontières

Entre la remise du référendum et le dimanche de la votation, il ne s’écoulait pas deux semaines sans qu’un nouveau scandale concernant Frontex ne soit rendu public : Différentesrecherches dans les médias prouvent que Frontex est systématiquement impliquée dans des pushbacks et les dissimule sciemment. Les plaintes juridiques contre Frontex se multiplient, le Parlement européen a voté contre la décharge du budget de Frontex. Le 29 avril, le chef de Frontex, Fabrice Leggeri, a démissionné. Dans le même temps, les partisans de Frontex continuent de prétendre que l’agence peut être améliorée. Mais c’est de la poudre aux yeux : en témoignent non seulement les violations systématiques des droits humains, mais aussi l’extension prévue. La réforme actuelle a cimenté les problèmes structurels, l’incontrôlabilité de Frontex et son manque de transparence, au lieu de les améliorer.

Frontex divise le monde et hiérarchise les personnes

Les peurs attisées par le camp du oui au sujet des privilèges nationaux ou européens confirment aujourd’hui le constat que Frontex, en tant qu’agence alimentant le racisme, veut maintenir les inégalités entre le Nord et le Sud par la surveillance et la violence. L’expansion de Frontex protège un ordre mondial colonial qui discrimine violemment et prive de leurs droits les personnes venant de l’extérieur de l’Europe.

Les guerres actuelles, mais aussi le changement climatique, les crises économiques et la pandémie en cours exigent une solidarité globale et une politique durable pour tou∙tes. La migration ne peut pas être contrôlée par un cloisonnement militaire et Frontex – les 20 dernières années l’ont montré. Il est temps de changer de paradigme : le système Frontex a échoué. A la place, il faut un dialogue antiraciste, une résistance anticoloniale et des espaces solidaires pour des relations d’égal∙e à égal∙e.

La résistance se poursuit. Les voix migrantes doivent être entendues.

La migration est un fait, pas une menace. Les gens continueront à quitter les pays et à chercher des perspectives en Europe. Parallèlement, la lutte contre le régime migratoire mortel de l’UE se poursuit également. La mise en réseau de nombreux groupes de base et de collectifs organisés dans toute la Suisse et au-delà est un atout. Des perspectives globales et anticoloniales sur la migration sont devenues visibles et ont reçu un nouveau souffle. NoFrontex continue à vivre à de nombreux niveaux : par des échanges critiques sur la liberté de mouvement, une solidarité vécue ou une résistance antiraciste organisée.

Le Parlement suisse refuse de réintroduire l’asile dans les ambassades

4. April 2022
Nouvelles

En 2012, la seule voie de fuite sûre vers la Suisse, l’asile dans les ambassades, a été supprimée. Des milliers de morts et d’innombrables expériences de violence aux frontières plus tard, sa réintroduction a été réclamée – et maintenant refusée. Les alternatives vantées, comme l’octroi de visas humanitaires ou la réinstallation, restent même en deçà des quotas que le Parlement s’est lui-même fixés.

L’asile dans les ambassades permettait aux personnes de déposer une demande d’asile en dehors de la Suisse, laquelle était ensuite examinée par les autorités. Il a été supprimé au motif que cette possibilité n’existait qu’en Suisse, et non dans d’autres Etats européens. On a parlé d’un “effet d’aspiration” qu’on ne pouvait en aucun cas (re)risquer et de suffisamment d’autres possibilités d’arriver en Suisse, par exemple avec un visa humanitaire ou via le programme de réinstallation. Mais dans la pratique, la suppression de l’asile dans les ambassades a eu pour conséquence que les personnes ne peuvent jusqu’à présent déposer une demande d’asile que sur le sol suisse. Le chemin pour y parvenir est illégalisé et dangereux pour la vie.

L’obtention d’un visa humanitaire est liée à de grands obstacles. Une personne doit être “directement, sérieusement et concrètement menacée dans sa vie et son intégrité corporelle” dans son pays d’origine, avoir un lien avec la Suisse, des perspectives d’intégration et ne pas avoir la possibilité de chercher protection dans un autre pays. Un motif de fuite collectif, comme une menace de guerre ou de famine, ne suffit pas. Et le SEM doit ensuite en juger ainsi. De plus, il faut déposer une demande dans une ambassade suisse qui n’existe pas dans tous les pays et qui n’est pas accessible pour de nombreuses personnes. En 2020, seuls 296 visas humanitaires ont été délivrés.

Les possibilités de réinstallation sont tout aussi restreintes. Depuis 2019, des quotas d’accueil sont toujours fixés pour deux ans. Jusqu’à présent, le nombre de personnes présélectionnées et proposées par le HCR s’élevait à 1 600 par période de deux ans. Pour cela, il faut que leur statut de réfugié soit déjà reconnu et qu’elles soient prêtes à s’intégrer en Suisse. En 2020/21, ce quota déjà très bas n’a pas été atteint. Seules 1380 personnes ont pu venir en Suisse via la réinstallation en l’espace de deux ans. Rien qu’en Afghanistan, des milliers de personnes cherchent à se protéger depuis la prise de pouvoir des talibans. Places de réinstallation en Suisse pour les Afghans en 2021 : 219.

En Afghanistan, comme en tant d’autres endroits, on préfère aider sur place. Les fonds, qui proviennent généralement de la coopération au développement, sont de plus en plus souvent liés à des accords de migration et à des mesures d’isolement. Les pays d’origine doivent veiller activement à ce que les personnes ne se mettent pas en route pour l’Europe afin de pouvoir y déposer une demande d’asile. En effet, une amélioration de la situation économique des personnes ne les incite pas nécessairement à rester dans leur pays d’origine. Au contraire, elle donne à de nombreuses personnes la chance de pouvoir se permettre de fuir ou de migrer vers l’Europe.

La Suisse officielle ne cesse de répéter comme un mantra deux arguments clés : “Il existe suffisamment de possibilités de déposer une demande d’asile en Suisse par des voies sûres”. Et : “Nous ne pouvons pas en faire plus, sinon nous serons seuls en Europe”. Ces deux affirmations ne deviennent pas plus vraies à force d’être répétées. Les deux récits peuvent être modifiés. De même qu’une autre politique suisse est possible, si on le veut alors, une autre politique européenne est également possible. Une Europe dans laquelle les principes humanitaires et de l’État de droit sont respectés – du moins ce que l’on s’impose en tant qu’État. Même alors, nous serons encore loin d’un monde sans frontières et de possibilités égales pour tous les hommes.

Nous aussi, en tant que Seebrücke, nous ne répéterons jamais assez : La Suisse a de la place et plus de 30 villes et communes sont prêtes à l’accueillir. Au moment où nous écrivons ces lignes, leur nombre ne cesse d’augmenter.

Tous les détails sur la démarche.

Image : Ambassade de Suisse à Islamabad © DFAE

Le SEEBRÜCKE dit NON le 15 mai !

1. April 2022
Nouvelles

Le 15 mai, la Suisse votera sur le référendum NoFrontex. Plus de 80 groupes de base ont réussi à faire en sorte que les médias et les partis se penchent avec plus d’insistance sur le thème des frontières extérieures de l’Europe au cours des prochains mois. Frontex, l’autorité européenne officielle pour la protection des frontières, est de plus en plus équipée depuis 2015. Le 15 mai, la Suisse votera sur le référendum NoFrontex. Plus de 80 groupes de base ont réussi à faire en sorte que les médias et les partis se penchent avec plus d’insistance sur le thème des frontières extérieures européennes au cours des prochains mois. Frontex, l’autorité européenne officielle pour la protection des frontières, est de plus en plus équipée depuis 2015. La décision du Conseil fédéral de l’automne 2021 accorde même à Frontex son propre personnel. Pourtant, on sait depuis longtemps que Frontex est impliquée dans des violations systématiques des droits de l’homme et du droit international.

Frontex est également active en Méditerranée, où la collaboration avec les soi-disant garde-côtes lybiens fait partie des tâches principales de l’agence. Nous avons résumé dans la position ci-dessous les raisons pour lesquelles le SEEBRÜCKE Suisse dit NON à Frontex le 15!

***

Position du SEEBRÜCKE Suisse

Quel est notre problème avec Frontex ?

Plus de 44.000 personnes ont déjà perdu la vie en tentant d’atteindre la forteresse Europe. Malgré cela, l’Europe continue de s’accrocher à une politique brutale de fermeture à tout prix. Au lieu de dépenser ne serait-ce qu’un franc pour sauver les personnes en détresse en mer, l’agence de protection des frontières Frontex est militarisée et augmentée en termes de financement et de personnel. En 2022, l’UE mettra à la disposition de Frontex environ un demi-milliard d’euros, dont un tiers ira à la surveillance aérienne. Celle-ci est destinée à observer les groupes de personnes sur les côtes, dans les cachettes, dans les bateaux et les camps et à les tenir éloignés le plus tôt possible des frontières de l’UE. Cette surveillance vise à empêcher les personnes en quête de protection de demander l’asile dans l’UE. Cela se fait souvent par le biais de poussées illégales et violentes ou d’autres formes de violence physique et psychologique. Bien qu’il existe de nombreuses preuves et rapports sur ces pratiques brutales, rien n’a encore été entrepris par l’UE. Frontex est devenue le symbole du régime migratoire externalisé de l’Europe, qui a pris la décision active de poursuivre jour après jour un cloisonnement brutal et inhumain par des moyens militaires, en ignorant les normes et les droits internationaux, sans avoir à en répondre. Un armement supplémentaire de Frontex n’est pas la solution dont nous avons besoin ! Le financement de structures impunies et inhumaines ne doit plus être soutenu par l’État !

Le référendum et le rôle de la Suisse

En confiant la protection des frontières à des agences telles que Frontex, les Etats membres se déchargent sur des acteurs externes de la responsabilité des violences psychiques et physiques perpétuées à l’encontre des personnes en quête de protection. Sur la base d’une coopération européenne en matière de sécurité, tous les États membres de Schengen ont jusqu’à présent accepté et soutenu ce système sans hésitation – la Suisse en fait également partie. Ainsi, la Suisse participe à Frontex tant financièrement qu’en termes de personnel. Une contribution annuelle de 61 millions de francs a été accordée jusqu’en 2027, ce qui représente 5% du budget total de Frontex. En soutenant la politique de fermeture inhumaine de l’Europe, la Suisse est coresponsable des milliers de morts qui surviennent chaque année aux frontières extérieures de l’Europe. Le 15 mai 2022, nous aurons pour la première fois la possibilité d’exercer une influence par le bas sur le régime migratoire européen et de ne pas accepter de force les actes et décisions racistes.

En votant NON au financement de Frontex le 15 mai, les citoyens suisses peuvent donner un signal à l’échelle européenne contre Frontex et la politique européenne inhumaine de fermeture des frontières dont elle est devenue le symbole, pour montrer qu’une politique migratoire européenne plus humaine est possible et que le régime migratoire existant ne doit plus être accepté et ne le sera plus.
Un “non” met fin au récit selon lequel on ne peut rien faire en tant que pays isolé et constitue un point d’ancrage pour les personnes et les mouvements qui souhaitent changer fondamentalement le régime migratoire européen. La votation permet en outre une discussion publique critique, attendue depuis longtemps en Suisse, sur la politique européenne de fermeture raciste et sur le rôle que la Suisse y joue et qui est en grande partie ignoré par l’opinion publique. Il est toutefois essentiel que les personnes concernées par le régime migratoire, qui sont presque exclusivement exclues de la votation, obtiennent une plateforme adéquate dans le discours public.

Le Seebrücke dit NON le 15 mai

La militarisation et l’armement de Frontex sont utilisés à dessein pour rendre l’Europe encore plus inaccessible aux personnes en fuite. En finançant Frontex, la Suisse ne soutient donc pas seulement la violation systématique des droits humains, mais aussi un système de structures de violence inhérentes, incarnées par Frontex.

La Seebrücke dit donc NON à Frontex le 15 mai, car il faut au contraire…

… la fin du soutien personnel, financier et technique de toutes les opérations de Frontex et aucune nouvelle augmentation du budget de Frontex ou de nouveaux pouvoirs de l’agence de protection des frontières !

… une protection et des voies de fuite sûres pour toutes les personnes en fuite !

… un programme de sauvetage public européen !

… FERRIES NOT FRONTEX !

250 personnes descendent dans la rue à Lucerne pour défendre une politique migratoire antiraciste : Tout le monde veut dire tout le monde.

21. March 2022
Nouvelles

Le 18.03.2022, plus de 250 personnes ont manifesté à Lucerne pour une politique migratoire suisse humaine et équitable. C’est l’alliance “Alle heisst alle !” qui a appelé à cette manifestation.

Communiqué de presse de l’Alliance “Tous, c’est tous”.

La solidarité dont bénéficient actuellement les personnes originaires d’Ukraine est grande. Elle ne s’applique malheureusement pas à tous. Les personnes d’origine extra-européenne se voient refuser depuis des années un traitement humain. Ils sont refoulés (souvent violemment) aux frontières extérieures de l’Europe, se noient en Méditerranée ou meurent de faim et de froid dans les forêts des régions frontalières. Une fois arrivés en Suisse, ils sont soumis à une procédure d’asile épuisante qui se termine souvent par leur expulsion.

C’est pourquoi les manifestants* ont exigé, lors de différentes prises de parole, une égalité de traitement des réfugiés, indépendamment de leur origine ou de la couleur de leur peau.

“Maintenant, nous pouvons voir tout ce qui est possible, comment cela serait aussi possible : les frontières sont ouvertes, les personnes en fuite sont accueillies avec une grande solidarité. Nous voyons : Si nous le voulons, nous pouvons ouvrir les frontières. C’est une décision politique. Les responsables pourraient décider aujourd’hui que plus personne ne meurt en Méditerranée”, s’est exprimé de manière critique le groupe No Frontex de Lucerne.

La manifestation est partie de la Schwanenplatz et a pris la route du Seebrücke jusqu’à la Theaterplatz et de là jusqu’à l’Helvetiaplatz. Là, un rassemblement final a eu lieu et la manifestation s’est dispersée vers 20h00. Plus de 250 personnes y ont participé.

“C’était beau de voir des gens avec des perspectives si différentes sur la fuite et la migration. Tant de personnes se sont unies pour qu’il y ait une protection pour tous plutôt que pour quelques-uns”, estime Angela Addo de l’alliance “Tout le monde s’appelle tout le monde”.

Pour l’alliance “Tout le monde c’est tout le monde”, il est clair qu’il reste encore beaucoup à faire sur ce thème en Suisse, tant sur le plan politique que militant. Prochaine étape : dire non à Frontex le 15 mai. La campagne de votation à Lucerne débutera par une installation sur la Kurplatz à partir du 28 mars.

Ukraine : signez la lettre ouverte à la conseillère fédérale Keller-Sutter

25. February 2022
Nouvelles

La guerre en Ukraine a commencé. La Suisse doit maintenant se préparer à accueillir 10’000 personnes ! Signe à cet effet la lettre ouverte à Karin Keller-Sutter.

“Madame la Conseillère fédérale Karin Keller Sutter,La situation pour la population civile dans la région de crise ukrainienne s’aggrave : il faut s’attendre à tout moment à une escalade militaire et à des actes de guerre. La Suisse et l’Europe doivent se préparer d’urgence à accueillir les personnes en fuite et à trouver une solution paneuropéenne solidaire.

Toutes les personnes qui ont besoin de protection parce qu’elles fuient une guerre destructrice et qui cherchent un refuge pour elles-mêmes et leurs familles ont droit à la protection de leur corps et de leur vie et doivent avoir la possibilité de déposer une demande d’asile dans un pays sûr. Or, en raison du cloisonnement croissant de l’Europe, cela devient de plus en plus difficile, comme l’a récemment montré le drame des réfugiés à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. Pour protéger les réfugiés de guerre en provenance d’Ukraine et d’autres régions en crise, il faut des voies d’accès sûres et légales vers l’Europe et la Suisse.

Les signataires vous demandent, en tant que cheffe responsable du Département fédéral de justice et police, ainsi qu’au Conseil fédéral, de prendre les dispositions nécessaires, en étroite collaboration avec les cantons, les communes et la société civile, afin d’accueillir le plus rapidement possible 10’000 personnes en quête de protection en provenance de la région en crise d’Ukraine. Notre pays doit en outre créer des voies d’accès légales permettant aux personnes ayant besoin de protection d’arriver en Suisse saines et sauves”.

Tu peux signer ici.

La Commission des institutions politiques recommande le rejet de l’asile dans les ambassades et soutient l’accueil en provenance de Grèce

15. February 2022
Nouvelles

La commission du Conseil des Etats rejette la réintroduction de l’asile par ambassade

En mars 2021, une motion a été déposée demandant la réintroduction de l’asile par ambassade. Celui-ci permettrait de rétablir la possibilité de déposer une demande d’asile sans devoir atteindre la Suisse par les routes de l’exil qui mettent la vie en danger. Rien qu’en Méditerranée, plus de 21’000 personnes ont perdu la vie depuis 2014. Le 02.02.22, la Commission des institutions politiques a demandé le rejet de la motion. L’argumentation du refus parle d’un “effet d’aspiration” si la Suisse restait le seul pays d’Europe à avoir cette possibilité. De plus, il y aurait déjà suffisamment de possibilités d’obtenir une protection en Suisse, “notamment par le biais du visa humanitaire ou des programmes de réinstallation”. Le premier argument s’inscrit déjà linguistiquement dans un vocabulaire raciste à côté de “vague de réfugiés”, comme si les personnes en fuite étaient une force de la nature imprévisible. De plus, ce discours sur le “facteur d’attraction” est utilisé depuis des années par les États de toute l’Europe pour se soustraire à leurs responsabilités, bien que ce mythe de la migration ait déjà été réfuté à plusieurs reprises. Le deuxième argument n’a pas grand-chose à voir avec la réalité du système d’asile suisse, comme le montrent par exemple la gestion actuelle des réfugiés afghans ou la non-exploitation des possibilités de réinstallation.

Tous les détails sur l’initiative.

Initiative cantonale pour l’amélioration des procédures d’asile fédérales adoptée par la CIP

Au printemps 2021, Bâle-Ville a demandé au Parlement fédéral et aux autorités fédérales de garantir une procédure d’asile efficace et rapide pour les personnes bloquées sur les îles grecques. L’initiative demande notamment que les centres d’asile cantonaux et fédéraux soient entièrement occupés. La Commission des institutions politiques a également approuvé l’initiative par 4 voix contre 3, grâce à la voix prépondérante de son président Marco Romano du PEV. La commission a fondé sa décision sur la conviction que les villes doivent jouer un rôle plus important dans les décisions relatives à l’accueil des personnes en quête de protection. En effet, de nombreuses villes et communes se sont déjà montrées solidaires avec les personnes en fuite et se sont prononcées en faveur d’un accueil supplémentaire.

Une liste de toutes les villes solidaires se trouve ici.

Plus de détails sur l’initiative cantonale.

Rendre possible les villes de bienvenue : Signer l’appel dès maintenant.

14. February 2022
Nouvelles

Le groupe parlementaire des Verts fait une nouvelle tentative dans la lutte pour une autre politique d’accueil de la Confédération. Il demande au Conseil national que les villes puissent accueillir des personnes si elles le souhaitent. Jusqu’à présent, tous les efforts en ce sens ont été bloqués par Karin Keller-Sutter.

La demande du groupe parlementaire des Verts est aussi simple que son refus actuel est incompréhensible : les villes qui souhaitent accueillir des personnes en fuite doivent pouvoir le faire. A leur propre compte. En tenant compte du statut de réfugié du HCR. Sans autre conséquence sur le processus d’asile ou les contingents d’accueil, que les villes et communes doivent continuer à remplir.

Nous ne connaissons que trop bien les raisons pour lesquelles cette revendication est nécessaire : l’hébergement des personnes en fuite dans des camps (de tentes) est indigne, mais est passé d’une solution d’urgence à une situation permanente intolérable. Parallèlement, de nombreuses villes s’organisent depuis des années en une alliance solidaire afin d’affirmer leur volonté d’accueil.

L’alliance Evacuer maintenant !, l’organisation Seebrücke et de nombreux autres acteurs* se sont engagés depuis des années dans le même but. Aujourd’hui encore, les particuliers peuvent renforcer l’appel par une signature. Cela ne suffira peut-être pas à changer le cours des choses. Prenons l’appel des villes de bienvenue comme une occasion de donner à nouveau plus de poids à nos revendications, y compris dans la rue.

Tu peux le faire dès maintenant :

  • Signe l’appel en ligne.
  • Partage l’action sur Facebook, Instagram et Twitter et invite tes amis* à le soutenir également.
  • Organise une action dans ta ville pour leur demander d’accueillir également des personnes ou pour attirer l’attention sur le fait que ta ville est déjà prête à les accueillir.
  • Rejoins un groupe local de Seebrücke ou crée ton propre groupe dans ta ville afin de t’engager pour des villes solidaires.

“C’est un devoir de les accueillir”

10. February 2022
Nouvelles

Les villes et communes suisses seraient prêtes depuis des années à accueillir davantage de réfugiés. Mais leur demande a toujours été rejetée par la Confédération. Les Verts font désormais pression pour une modification de la loi.

Un article de la WOZ du 10.02.22

On pourrait croire que le Secrétariat d’Etat aux migrations et la ministre de la Justice Karin Keller-Sutter ont une fissure dans le disque. Comme un moulin à prières, ils répètent toujours la même chose lorsque des villes et des communes suisses proposent à la Confédération d’accueillir des réfugiés supplémentaires : Il n’y a pas de base légale pour cela, on veut plutôt apporter de l’aide sur place.

C’est ce qui s’est passé après l’incendie du camp de misère de Moria à Lesbos en septembre 2020. C’était le cas après la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan en août dernier.
Bénédiction de la population

“Jusqu’à présent, le Conseil fédéral s’est toujours retranché derrière la situation légale actuelle lorsque les villes voulaient se montrer solidaires”, explique le président des Verts Balthasar Glättli. “Cela ne doit plus être possible”. Les Verts ont déjà déposé une initiative parlementaire lors de la dernière session d’hiver, demandant à la Confédération de créer dans la loi sur l’asile les conditions permettant d’accueillir des contingents supplémentaires de réfugiés à la demande des communes et des cantons. Pour donner un coup de pouce à leur démarche, les Verts lancent le jour de la parution de ce journal une pétition avec la même revendication. “Nous voulons poser les jalons dès maintenant. Si, lors d’une prochaine catastrophe, des milliers de personnes sont déplacées, les villes de bienvenue doivent effectivement pouvoir accueillir des personnes en fuite”, explique Glättli.

Selon les Verts, les communes et les cantons devraient à l’avenir pouvoir accueillir directement des personnes en fuite s’ils assurent leur hébergement et prennent en charge le financement. En outre, ces derniers doivent remplir les conditions d’accueil en tant que groupe, c’est-à-dire être reconnus comme réfugiés par le HCR par exemple. Les personnes supplémentaires accueillies ne doivent pas pouvoir être prises en compte dans la clé de répartition cantonale ni dans les contingents de réfugiés décidés par la Confédération, par exemple dans le cadre de programmes de réinstallation.

Plusieurs interventions parlementaires au niveau communal montrent clairement que la population urbaine soutient majoritairement cette revendication. Ainsi, le parlement de la ville de Zurich a transmis début janvier un postulat à l’exécutif demandant la création d’une base juridique pour l’accueil de personnes en fuite en dehors du contingent existant de la ville. Le chef du département social zurichois, Raphael Golta (PS), avait déjà clairement indiqué en automne 2020, juste après l’incendie de Moria, que Zurich pouvait accueillir 800 personnes (voir WOZ n° 39/2020). A l’époque, les huit plus grandes villes de Suisse s’étaient réunies pour former l’alliance “Villes et communes pour l’accueil des réfugiés”, qui s’est entre-temps élargie à seize villes.

“Nous sommes convaincus que la Suisse peut faire plus pour les personnes qui ont fui”, déclare Golta aujourd’hui encore. “L’Europe se referme de plus en plus sur elle-même et il faut d’urgence plus de voies d’accès directes. C’est là que nous voulons nous engager en tant que villes et nous l’avons toujours fait savoir à la Confédération. Mais jusqu’à présent, elle n’a montré aucun intérêt”. A l’occasion du postulat, des clarifications juridiques supplémentaires sont en cours. “Mais pour que quelque chose se passe vraiment, il faut une volonté politique au niveau fédéral. L’intervention des Verts y contribue également”, ajoute Golta.
Vingt, c’était trop peu

La collègue bernoise de Golta, Franziska Teuscher (Alliance verte), ne mâche pas non plus ses mots : “La Confédération ne considère pas les villes comme des partenaires égaux en matière de politique d’asile. Sinon, l’autonomie communale est toujours mise en avant, mais ici, aucun dialogue d’égal à égal ne semble possible”. Elle aussi sait qu’elle a le soutien du parlement de la ville derrière elle. Lorsque la ville de Berne avait proposé à la Confédération, après l’incendie de Moria, de prendre en charge 20 réfugiés de Lesbos en l’espace de deux semaines, le parlement avait adopté une motion urgente demandant que Berne accueille 500 personnes – 20 étant bien trop peu.

L’élément central de la pétition et de l’initiative parlementaire est le financement exclusif par les communes. Mais comment cela se présente-t-il pour la ville de Berne, qui doit faire face à des problèmes financiers ? “La question de l’argent n’est pas la première à se poser”, explique Teuscher. “La Suisse est toujours l’un des pays les plus riches, et malgré les problèmes financiers, nous devons être solidaires. Les gens dans les camps grecs vivent toujours dans la plus grande détresse. L’hiver a été très froid et a aggravé leurs conditions de vie. C’est un devoir que nous les accueillions”.

Teuscher reconnaît que l’initiative parlementaire a toutes les chances d’aboutir : “Personne n’est forcé à faire quoi que ce soit. Mais ceux qui veulent aider doivent pouvoir le faire”. Avec cette pétition, les Verts espèrent faire pression sur la Commission des institutions politiques du Conseil national, qui sera la première à se pencher sur le projet. “Nous devons à nouveau montrer que nous sommes nombreux à soutenir cette cause”, explique Teuscher. Elle fait ici référence à l’appel de Pâques “Evacuer maintenant !” de 2020, qui demandait au Conseil fédéral de faire venir en Suisse le plus grand nombre possible de personnes ayant fui la mer Egée – et qui a été signé par 50 000 personnes.

Signez dès aujourd’hui l’appel des villes de bienvenue et exigez avec nous : solidarité avec les personnes en fuite ! La Confédération ne doit plus faire obstacle aux villes de bienvenue !

Le don de la commune de Sempach va au navire de sauvetage Ocean Viking

27. December 2021
Nouvelles

Nous transmettons la contribution de solidarité de la commune de Sempach d’un montant de Fr. 1’000 au navire de sauvetage civil OCEAN VIKING. En été 2021, la commune a refusé de se déclarer port sûr, mais a répondu à la demande de soutien financier du sauvetage en mer en faisant un don.

Actuellement, tous les dons faits à Ocan Viking sont doublés par le district de Lüneburg. En mars 2021, celui-ci s’est déclaré solidaire des revendications du Seebrücke pour un “port sûr”. Par la suite, le Landkreis a décidé en juin 2021 de parrainer le navire de sauvetage civil OCEAN VIKING de l’organisation européenne de sauvetage en mer SOS Méditerranée.

Le Seebrücke Lüneburg écrit à ce sujet : “Ce parrainage implique que le Landkreis, en collaboration avec le Seebrücke et SOS Mediterranee, lance un appel public aux dons afin de soutenir financièrement l’OCEAN VIKING. Le Landkreis s’engage à participer à cet appel en doublant les dons reçus jusqu’à un total de 100.000 € maximum. Le Landkreis suit ainsi l’exemple de la ville de Munich, qui a parrainé le même navire en décembre 2019 et a mené une campagne de dons réussie.

Les États de l’UE, qui devraient en principe fournir un sauvetage en mer coordonné par l’État, n’assument pas leurs responsabilités. Depuis 2014, plus de 22.940 personnes se sont noyées en traversant la Méditerranée. Depuis, le sauvetage civil en mer est plus important que jamais !

Depuis 2016, SOS Méditerranée effectue des sauvetages en mer civils en Méditerranée et utilise depuis 2019 l’OCEAN VIKING comme navire de sauvetage. Depuis sa création, l’organisation humanitaire a sauvé la vie de plus de 34 500 personnes. Mais faire fonctionner un navire de sauvetage demande beaucoup de temps, de travail et d’argent : il faut 14.000€ pour financer l’OCEAN VIKING pendant une journée. Cela correspond à tous les coûts liés à l’exploitation du navire, comme l’affrètement, le carburant, la logistique, les équipes à bord et l’équipement.

Pour pouvoir continuer à sauver des personnes en détresse en mer, l’OCEAN VIKING a besoin de votre soutien. Sa mission est financée par des dons.

Les dons sont à adresser à :

Titulaire du compte : Landkreis Lüneburg
Institut de crédit : Sparkasse Lüneburg
IBAN : DE60 2405 0110 0000 0038 71
Motif du virement : OCEAN VIKING
Veuillez impérativement indiquer le motif du versement !

Il est également possible de faire un don depuis l’extérieur, ces dons seront également doublés !”

Nous sommes solidaires de Dragan Umičević de Are You Syrious !

27. December 2021
Nouvelles

Dragan Umičević a aidé une famille à faire valoir son droit à une demande d’asile. Pour cela, il a été criminalisé. La Seebrücke Schweiz le soutient pour couvrir les frais. Est-ce que tu soutiens aussi ?

Une contribution de Borderline-Europe – Droits de l’Homme sans frontières e.V :

“Nous sommes solidaires de Dragan Umičević de Are You Syrious !

Mardi 14 décembre 2021, Dragan Umičević, un bénévole de l’ONG croate Are You Syrious, a été condamné à une amende de 60 000 kunas, soit environ 8 000 euros plus les frais de justice, pour “aide à l’entrée illégale”. Cela représente plus de douze fois son revenu mensuel.

En mars 2018, il avait attiré l’attention de la police sur un groupe important de personnes en quête de protection qui venaient de franchir la frontière serbo-croate. La police des frontières croate étant connue pour repousser systématiquement les personnes en fuite par la force brute, Umičević a accompagné le groupe au poste de police afin de s’assurer que le groupe pouvait effectivement déposer une demande d’asile. Dans ce cas particulier, il s’agissait de la famille de Madina Hussiny, une fillette de six ans tuée sur les voies ferrées à la suite d’un précédent pushback par la police croate.

En novembre de cette année, la Cour européenne des droits de l’homme a estimé que la Croatie avait gravement violé le droit à la vie de la fillette. Elle a également établi que les autorités avaient eu recours à la torture, avaient refusé à la famille l’accès à l’assistance juridique et à la protection internationale, l’avaient empêchée d’enquêter sur la mort de la fillette et avaient systématiquement harcelé les militants* et les avocats de Are You Syrious.

Lorsque la famille a de nouveau franchi la frontière après avoir perdu sa fille lors du pushback précédent, Umičević a voulu s’assurer que cette fois-ci, au moins, le reste de la famille aurait droit à ses droits.
La police a alors ouvert une enquête pour “aide à l’entrée illégale” à son encontre et Umičević a été condamné en 2018 à une amende de 60 000 kunas, dont il a fait appel. Hier, la Cour suprême de Zagreb a de nouveau confirmé le jugement.

Il s’agit d’un acte de vengeance et d’intimidation monstrueux et non dissimulé, qui vise à punir et à stopper ceux qui luttent contre les pratiques cruelles aux frontières.

Nous ne laisserons pas et ne devons pas laisser Dragan porter seul ce fardeau !
Si vous souhaitez aider Dragan à payer l’amende et à poursuivre sa bataille juridique, vous pouvez faire un don à Are You Syrious, IBAN HR6824020061100765183 (SWIFT/BIC : ESBCHR22), en indiquant “for Dragan” comme motif de paiement.

Nous soutenons Dragan ! Nous ne nous laisserons pas intimider et continuerons à nous battre”.

La Cour européenne des droits de l’homme va examiner deux affaires déposées contre la Grèce concernant des expulsions collectives illégales

27. December 2021
Nouvelles

Legal Centre Lesvos porte plainte contre les pushbacks. Seebrücke Schweiz soutient cela financièrement, d’autres dons sont nécessaires. Est-ce que tu soutiens aussi ?

Appel aux dons de Open Eyes Balkanbrücke :

“Le Legal Centre Lesvos (LCL) a besoin de soutien pour pouvoir poursuivre son important travail. C’est pourquoi OpenEyes a lancé un appel aux dons pour le LCL. Outre des conseils juridiques et une représentation juridique dans des cas individuels, le LCL participe à la documentation de la violence structurelle et des violations systémiques des droits aux frontières européennes.

Ainsi, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) vient tout juste de communiquer au gouvernement grec, en décembre 2021, deux plaintes déposées par la LCL contre deux pushbacks. C’est donc une bonne nouvelle, car cela signifie que la CEDH veut statuer sur les recours.

Il est extrêmement difficile de franchir l’obstacle de l’entrée en matière, car la plupart des cas ne sont même pas acceptés par la CEDH. La poursuite du traitement de ces deux cas de pushback occupera intensivement l’équipe LCL dans les semaines et mois à venir”.

Contribuez-y par un don :

Open Eyes Balkanroute,
3011 BerneCompte de chèque postal : 61-499563-0
IBAN : CH02 0900 0000 6149 9563 0

Communiqué de presse du Legal Centre Lesvos du 22.12.21

Droits humains? Rien! Frontex et la situation en Pologne et en Biélorussie

17. November 2021
Nouvelles

Une contribution de Frontex Referendum.

Selon les médias, Frontex envisage d’expulser environ 1 700 ressortissants irakiens actuellement bloqués en Pologne. Il s’agit de personnes qui ont récemment traversé la région frontalière militarisée entre la Pologne, État membre de l’UE et la Biélorussie. A la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, la situation s’aggrave : plusieurs centaines à mille personnes attendent depuis des semaines dans la région frontalière boisée, dont certaines. La seule réponse de l’Europe ? Fil de fer barbelé, refoulements militaires et brutaux, au lieu d’une prise en charge rapide et d’une aide.

Et ceux qui ont franchi la frontière sur le territoire de l’UE devraient maintenant être ramenés sans plus tarder. Avec l’approche actuelle de la Pologne, qui est uniquement basée sur l’isolement complet et la militarisation de la frontière, il est peu probable que les personnes en attente aient bénéficié d’une procédure d’asile équitable en si peu de temps. Et maintenant, Frontex est censée se débarrasser des Polonais. Il s’agirait de refoulements de masse menés par l’agence de protection des frontières de l’UE Frontex.

Selon la Commission européenne, Frontex est également disponible pour des opérations dans la région frontalière elle-même, mais la Pologne résiste toujours au soutien de l’UE. Le fait que Frontex veuille soutenir les forces de sécurité polonaises, sans surprise, le directeur de Frontex Leggeri a salué les actions brutales des troupes polonaises il y a des semaines complètes : « Le directeur exécutif Leggeri […] a été impressionné par les moyens utilisés pour sécuriser la frontière . Il a également remercié la Pologne pour la coopération avec Frontex depuis le début de la crise à travers l’échange constant d’informations et la fourniture de données sur la situation sur la section polonaise de la frontière extérieure pour l’agence », a déclaré l’agence dans un communiqué.

La politique de défense brutale de la Pologne, qui viole le droit d’asile, est saluée aux premiers rangs de Frontex. Les morts et les souffrances que cette politique produit des deux côtés de la frontière ne sont quant à eux pas du tout regrettés. La situation des droits de l’homme ? Leggeri ne vaut pas une ligne. Avec les rapatriements massifs, Frontex ne défendrait à nouveau pas les droits de l’homme, mais contribuerait à la mise en œuvre de la politique européenne d’isolement par la force – cofinancée par la Suisse, qui regarde la situation avec indifférence.

Nous avons demandé au service de presse de Frontex et à l’Administration fédérale des douanes : quel est exactement le rôle de Frontex dans les expulsions prévues, sur quelle base les planifient-ils ? Et quel rôle la Suisse y joue-t-elle ? Des mises à jour suivront sur ce blog.

Sources

EU must prepare for more migrants trying to enter, border agency chief says
Swissinfo/Reuters, 12.11.2021

Nikolaj Nielsen on Twitter
Twitter, 11.11.2021

Frontex Executive Director visits Poland’s border with Belarus
Pressemitteilung von Frontex, 4.10.2021

Flüchtlingskrise an polnischer Grenze: Schweiz schaut hilflos zu
Nau.ch, 12.11.2021

Des activistes détruisent la clôture frontalière sur l’île d’Insel.

19. October 2021
Nouvelles

Communiqué de presse

Lundi soir, le finissage de l’installation sur le désintérêt des communes de Suisse centrale et de la Forteresse Europe a eu lieu sur l’Inseli de Lucerne. L’installation, sous la forme d’une barrière frontalière, abordait la politique de fermeture de l’Europe et le manque de solidarité de la Suisse envers les personnes qui fuient. La clôture frontalière a été démolie en signe de protestation.

Durant deux semaines, l’installation sur le désintérêt des communes de Suisse centrale et de Fortress Europe s’est dressée sur l’Inseli à Lucerne. La barrière frontalière a été mise en place par des militants de Seebrücke Schweiz, de l’école autonome de Lucerne, de Solinetz Lucerne et de la campagne AbolishFrontex. D’une part, l’installation s’adresse à l’agence européenne de protection des frontières Frontex, qui effectue de manière répétée des refoulements illégaux aux frontières extérieures de l’Europe, viole systématiquement les droits de l’homme et laisse les réfugiés se noyer en Méditerranée. D’autre part, l’installation a également montré le manque de solidarité au cœur de l’Europe, en Suisse.

Quotidiennement, des personnes fuient la violence vécue – un simple regard sur les deux dernières semaines le montre. À l’époque où la clôture frontalière était érigée sur l’île d’Inseli, une commission d’enquête des Nations unies a confirmé les violences systématiques et cruelles subies par les personnes fuyant la Libye. À la frontière polonaise avec le Belarus, une autre personne en fuite est morte, alors que dans le même temps, la construction d’un mur frontalier plus solide a été approuvée. Et les recherches vidéo ont une fois de plus prouvé la violence des gardes-frontières subie par les personnes fuyant sur la “route des Balkans”.

Cette politique inhumaine de déportation ne peut plus être regardée. C’est pourquoi les militants ont pris en main le démantèlement de la clôture frontalière. Abolir Frontex, ouvrir les frontières – telles sont leurs revendications. Avec des coupe-boulons, des torches à tête et des pinces, ils entreprennent de démonter la clôture.

Non seulement des coupe-boulons et des pinces ont été utilisés pour combattre Frontex sur l’Inseli aujourd’hui, mais aussi un stylo et du papier. Il y a quelques jours, des personnes du Réseau de solidarité avec les migrants ont lancé le référendum contre Frontex.  Le Parlement suisse a décidé de renforcer l’Agence européenne de gestion des frontières avec 61 millions de francs suisses par an. Avec cet argent, Frontex doit sceller encore davantage les frontières extérieures de l’Europe, rendant les vols et les migrations encore plus incertains. L’argent pour Frontex signifie :  Plus de morts en Méditerranée, plus de torture en Libye, plus de refoulements illégaux, de violence aux frontières et de souffrance sur la route des Balkans ou dans la mer Égée. “Nous disons OUI à la liberté de circulation pour tous et NON à l’argent pour Frontex”. Voici de plus amples informations sur le référendum. 

Lettre Ouvert à Domenico ‘Mimmo’ Lucano

17. October 2021
Nouvelles

Domenico “Mimmo” Lucano, ex-maire de Riace en Italie, a rajeuni sa ville en offrant un accueil et une solidarité aux réfugié.e.s. Il risque maintenant 13 ans de prison pour “aide à l’immigration illégale”.

Devenue célèbre dans le monde entier pour sa grande solidarité et son succès, Riace a dû faire face aux attaques de la droite et des forces racistes. Cette peine de prison disproportionnée et injuste a fait descendre des milliers de personnes dans les rues de l’Italie ces derniers jours.

Les députés européens de gauche ont écrit une lettre de solidarité à Mimmo Lucano, rejoints par les députés du Conseil national suisse, pour montrer qu’au-delà des frontières européennes, ce jugement contre l’humanité et les valeurs humanitaires ne doit pas être toléré.

La lettre originale peut être consultée ici.

***

Cher Mimmo,

En tant que membres du Conseil national suisse, nous tenons à vous exprimer notre solidarité, ainsi que notre plein soutien humain et politique, à vous, à vos compagnons de campagne et à tous ceux qui ont contribué à faire de l’expérience de Riace, la ville de l’hospitalité, une réalité. Grâce à vous, cette petite ville de Calabre est devenue un exemple d’humanité et d’espoir contre la xénophobie, le racisme et la peur.

La condamnation en première instance est non seulement disproportionnée, mais aussi injuste et absurde. Il s’agit d’un exemple flagrant de ce à quoi ressemble la criminalisation de la solidarité. Nous devons élever nos voix contre cela dans toute l’Europe et vous envoyons donc notre entière solidarité.

La sentence prononcée est une attaque contre un exemple vivant qui a montré qu’il est possible d’ouvrir les portes pour accueillir les réfugiés et de construire des communautés au lieu de murs lorsque les gens fuient la guerre, la pauvreté et la misère. Riace était tout ça. C’est le contraire du discours de haine sur lequel la droite radicale en Europe construit ses récits racistes. C’était le contraire des politiques migratoires européennes inhumaines qui visent à étendre la forteresse Europe et à empêcher à tout prix les gens d’arriver ici. Riace était un exemple admiré dans toute l’Europe parce qu’il mettait en avant la dignité et les droits humains des personnes en fuite.

Vous devez savoir que vous n’êtes pas seul, ni à Riace ni en Italie. Dans toute l’Europe et ici en Suisse, nous admirons et soutenons ce que vous avez fait et nous continuerons à soutenir la lutte pour la justice et pour prouver votre innocence. Le seul intérêt que vous avez poursuivi est celui de la solidarité. C’est la cause commune pour laquelle nous continuons à nous battre, celle de l’humanité contre la barbarie.

Par solidarité,

Les membres du Conseil national suisse

***

Caro Mimmo,

come deputati del Consiglio nazionale svizzero, vogliamo esprimere la nostra solidarietà, il nostro pieno sostegno umano e politico a te, ai tuoi compagni e a tutti coloro che sono stati protagonisti della costruzione dell’esperienza di Riace, città dell’accoglienza. Grazie a voi questo piccolo paese calabrese è diventato un esempio di umanità e di speranza contro la xenofobia, il razzismo e la paura.

La sentenza di primo grado non è semplicemente sproporzionata, ma ingiusta e assurda. Vediamo qui esattamente cosa significa la criminalizzazione della solidarietà. E dobbiamo parlare e opporci a questo in tutta l’Europa; per questo ti mandiamo tutta la nostra solidarietà.

Ciò che è stato colpito con questa sentenza è un esempio, che ha mostrato come sia possibile aprire porte e accogliere i profughi, costruendo comunità invece di muri quando le persone fuggono dalla guerra, dalla povertà e dalla miseria. Riace era tutto questo. Era l’esatto opposto dei discorsi di odio su cui l’estrema destra in tutta Europa costruisce le sue narrazioni razziste. Era l’opposto delle disumane politiche migratorie europee, che si concentrano sulla costruzione della Fortezza Europa e impediscono a tutti i costi di entrare nell’Europa. Riace ne è stato un esempio, ammirato in tutta Europa mettendo al primo posto la dignità ei diritti umani dei migranti.

Devi sapere che non sei solo, a Riace e in Italia. In tutta Europa e qui in svizzera ammiriamo e sosteniamo ciò che avete fatto e continueremo a sostenere la battaglia per la giustizia e per dimostrare la vostra innocenza. L’unico interesse che hai seguito è quello della solidarietà. Ed è la causa comune per la quale continuiamo a lottare, quella dell’umanità, contro la barbarie.

In solidarietà

I membri del Consiglio nazionale svizzero

Samira MARTI

Matthias AEBISCHER

Brigitte CROTTAZ

Claude FRIEDE

Balthasar GLÄTTLI

Michael TÖNGI

Florian IRMINGER

Delphine KLOPFENSTEIN BROGGINI

Isabelle PASQUIER-EICHENBERGER

Stefanie PREZIOSO

Christophe CLIVAZ

Nicolas WALDER

Lisa MAZZONE

Katharina PRELICZ-HUBER

Solidarité avec Domenico ‘Mimmo’ Lucano

13. October 2021
Nouvelles

Fin septembre 2021, l’ancien maire de Riace, Domenico “Mimmo” Lucano, a été condamné en première instance à 13 ans et 2 mois de prison pour, entre autres, “aide et encouragement à l’immigration clandestine”. Riace, une petite ville du sud de l’Italie, a longtemps été considérée comme un havre de paix et un exemple de communauté ouverte.

Le verdict met encore plus en évidence l’isolement que l’Europe veut si désespérément faire progresser. La criminalisation croissante de la migration, un phénomène aussi vieux que l’homme lui-même, explose actuellement et fait subir à des innocents la répression la plus brutale.

Dans un discours prononcé à Rome le 07 octobre, Lucano a souligné :

Il y a les transcriptions du procès, à une question posée pas une seule fois : ” mais ce maire avait-il des intérêts économiques ? ” le colonel répond ” non, il n’a pas d’intérêts économiques “, question répétée… ” non il n’a pas d’intérêts économiques, il a des intérêts politiques “, comme si s’intéresser à la politique était un fait criminel.

Domenico ‘Mimmo’ Lucano

La défense a déposé un appel direct contre la sentence, tandis qu’une énorme vague de solidarité a gagné les rues d’Europe. Pas seulement en Italie, de nombreuses personnes sont descendues dans la rue pour montrer leur solidarité avec “Mimmo” Lucano et lutter pour son innocence.

***

Qu’est-ce qui a été fait jusqu’à présent ?

Voici une liste de toutes les manifestations passées et présentes en Italie. Nous t’invitons maintenant à organiser ta propre manifestation, protestation ou action de solidarité dans ta ville !

Les député.e.s européens de gauche ont également rédigé une lettre ouverte dans laquelle ils se solidarisent avec “Mimmo” Lucano et condamnent le verdict de culpabilité exagéré.

Les membres suisses du Conseil national ont co-signé cette lettre des député.e.s européens de gauche

Du côté de la société civile, Abolish Frontex a publié une lettre ouverte, que les groupes ou organisations sont invités à signer.

Si tu veux encore contribuer par ta voix, il y a cette pétition en ligne qui exprime sa solidarité avec Lucano et condamne le verdict.

Pas de financement de Frontex : Liberté de circulation au lieu de la violence aux frontières pour tou.te.s – Participes-tu au référendum contre Frontex ?

13. October 2021
Nouvelles

#AbolishFrontex : Qui participe au référendum contre Frontex ?
Le Parlement Suisse a décidé de renforcer l’agence européenne de protection des frontières Frontex avec 61 millions de francs suisses par an. Avec cet argent, Frontex va renforcer la fermeture des frontières extérieures de l’Europe et accélérer les vols spéciaux pour les déportations forcées à une échelle européenne. Le Migrant Solidarity Network dit OUI à la liberté de mouvement pour tous et NON à Frontex. C’est pourquoi nous lançons un référendum contre Frontex.

Frontex : plus de violence frontalière, plus de surveillance et plus de déportations
Frontex ferme l’Europe de force et rend les parcours de fuite et de migration plus dangereux pour les migrants (en fuite) : plus de morts en Méditerranée, plus de torture en Libye, plus de pushbacks (illégaux) et de souffrance sur la route des Balkans ou en mer Égée. Après la fuite ou la migration périlleuse et après parfois des années de vie en Europe, Frontex est de plus en plus synonyme de privation de droits et de dégradation en raison des déportations.

Référendum : dire fondamentalement NON à Frontex
Le Migrant Solidarity Network recherche d’urgence 1 000 personnes pour récolter 50 signatures chacune. Les personnes qui se décident à récolter 50 signatures peuvent s’inscrire ici. Les groupes et organisations qui souhaitent soutenir le référendum contre Frontex sont également invités à adhérer. Un référendum nécessite 50 000 signatures de personnes ayant le droit de vote en Suisse. Les signatures doivent être récoltées avant la fin de l’année 2021.

Informations supplémentaires.

Manifestation le 2 Octobre // 14h // Schützenmatte, Berne

28. September 2021
Nouvelles

Appelée par 3Rosen gegen Grenzen, Autonome Schule Zürich, Choosehumanity, Droit de rester (FR, NE, VD), evakuierenJETZT, Freiplatzaktion Zurich, Migrant Solidarity Network, auto-organisation des migrants PangeaKolektif, Poya solidaire, Solidarité Tattes, Solidarité sans frontières, Solidaritätsnetz, Stopisolation, ROTA migrantische Selbstorganisation, Wo Unrecht zu Recht wird

Depuis de nombreuses années nous constatons que la politique d’asile de la Suisse viole les droits humains et porte quotidiennement atteinte à la dignité des personnes exilées.

Non à la violence physique, psychologique, sociale et économique envers les personnes exilées !

Nous exigeons le statut de réfugié·e pour tou·tes les Afghan·es présent·es sur le territoire. De plus, l’évacuation et le regroupement familial doit se faire de manière rapide et non bureaucratique.
Nous exigeons un arrêt général des expulsions, car elles ne respectent pas les besoins de sécurité matérielle et physique des personnes en fuite. Cela concerne particulièrement les expulsions particulièrement inquiétantes vers l’Ethiopie et l’Erythrée.
Nous exigeons pour les personnes nouvellement arrivées une prise en charge dans des appartements, une prise en charge sociale et psychologique professionnelle, ainsi qu’une défense juridique indépendante. Les centres fédéraux actuels, fermés et isolés de la société ne sont pas adaptés à la prise en charge des personnes exilées (particulièrement les enfants et les jeunes). Pire, ils favorisent la violence physique et psychologique à l’intérieur de leurs murs.
Nous exigeons l’arrêt immédiat du régime de l’aide d’urgence. Les requérant·es d’asile débouté·es doivent voir leur dossier réexaminé en vue d’une régularisation (cas de rigueur) et doivent pouvoir toucher l’aide sociale, de même qu’avoir droit à des logements dignes et une couverture médicale répondant à leurs besoins.
Nous exigeons l’arrêt des politiques de contrôle et d’exclusion. Les contrôles de police quotidiens et l’isolation sociale dans les camps rendent les personnes malades. Nous condamnons la criminalisation des personnes sans-papiers ainsi que les amendes et peines de prison pour séjour illégal. Personne n’est illégal !
Nous exigeons l’abolition de Frontex et plus urgemment l’arrêt de la collaboration entre la Suisse et l’agence européenne.
Nous exigeons l’évacuation immédiate de tous les camps insalubres au bord de la Méditerranée, en particulier celui de Moria. Le contingent ridicule que la Suisse a daigné accueillir nous fait honte. Plusieurs communes se sont annoncées prêtes à accueillir des personnes provenant de ces camps. Nous avons de la place!
Nous exigeons le retrait de la Suisse des Accords de Dublin et plus urgemment un usage plus humain de la clause de souveraineté.

Enfin, nous exigeons, et il nous semble même absurde de devoir le préciser, le droit à une vie digne et libre pour tou*tes.

Muri-Gümligen (BE) rejette l’adhésion à l’alliance «villes et municipalités pour l’accueil des réfugié.e.s»

28. September 2021
Nouvelles

En avril 2021, Franziska Grossenbacher (Verts) et Karin Künti (PS) ont déposé la motion “#évacuer MAINTENANT – à Muri-Gümligen !”. La motion invite “le conseil municipal à rejoindre l’Alliance des villes et communes pour l’accueil des réfugiés, à se déclarer prêt à accueillir les réfugiés de la mer Égée qui ont particulièrement besoin de protection, et à demander au Conseil fédéral d’agir de concert avec l’Alliance et les 132 organisations #evacuerMAINTENANT”.

En juin, le conseil municipal avait recommandé le rejet de la motion. La municipalité elle-même prend en charge les soins et l’intégration des 90 demandeurs d’asile qui lui sont assignés. Il n’y a pas de surface habitable disponible pour un logement supplémentaire.

Après un débat controversé au sein du Conseil municipal, la motion a été rejetée par 19 voix contre, 13 voix pour et une abstention et n’a donc pas été renvoyée au Conseil municipal pour mise en œuvre. Dans la justification, il est souligné que les questions de politique d’asile relèvent de la responsabilité du gouvernement fédéral et ne devraient pas être mises en œuvre par les municipalités “de leur propre chef”.

Tous les détails sur la proposition.

Motion sur la solidarité avec du mécanisme coordonné de répartition post-débarquements lors de la session d’automne du Conseil fédéral

15. September 2021
Nouvelles

La session d’automne se déroule à nouveau au Parlement fédéral depuis hier, 13 septembre. Aujourd’hui, il est très probable que la motion 19.4034 ” Urgence humanitaire en Méditerranée. Pour que la Suisse soit solidaire du mécanisme coordonné de répartition post-débarquements “, sera traitée sur le fond deux ans après sa présentation. Plusieurs députés l’ont mis à l’ordre du jour.

La motion demande au Conseil fédéral de faire preuve de solidarité avec les pays côtiers européens et les Etats de la “Coalition of the Willing” en faisant participer la Suisse au “Mécanisme de solidarité pour la répartition des personnes secourues en Méditerranée”1. Deux options sont proposées :

  1. Accepter d’ores et déjà d’accueillir un pourcentage minimal (2 pour cent) de survivants recueillis à bord de chaque bateau d’ONG, et ce afin que le mécanisme de solidarité puisse être prévisible et éviter ainsi de longues attentes prolongeant les souffrances de ces survivants.
  2. Aider les pays côtiers, notamment l’Italie, Malte et l’Espagne – qui portent à l’heure actuelle le fardeau principal de l’accueil des personnes – en en accueillant dès à présent plusieurs centaines, ce qui permettrait de désengorger les centres d’accueil desdits pays.

Même si l’accent a été mis ces dernières semaines sur une grande solidarité avec des personnes en Afghanistan, la Méditerranée reste un lieu central où la dissuasion européenne s’exerce sans retenue. Les navires de secours attendent toujours plusieurs jours avant de se voir attribuer un port sûr, tandis que les personnes à bord doivent descendre à terre et se mettre en sécurité le plus rapidement possible2. Le Conseil fédéral contribue également financièrement aux opérations de Frontex, qui soutient les garde-côtes libyens, qui renvoie les naufragés dans des camps de détention où les abus et autres violations des droits de l’homme sont monnaie courante3.

Le gouvernement fédéral, cependant, ne semble pas s’émouvoir de ces points. Il ne voit pas la nécessité d’agir dans sa propre politique et recommande de rejeter la motion. Seebrücke est d’avis qu’il ne suffit pas de soutenir financièrement les pays côtiers européens. La Suisse doit agir activement et faire preuve de solidarité avec les personnes qui, pour diverses raisons, ont besoin d’une protection internationale et y ont également droit.

Le Conseil fédéral ne peut plus continuer à mener une politique migratoire raciste en passant inaperçue, alors que les citoyens aspirent à une culture d’accueil ouverte.

Le Conseil National a rejeté la motion le 21 septembre 2021.

________________________________________

1 https://www.parlament.ch/de/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20194037

2 https://twitter.com/MSF_Sea/status/1429550099655544834?s=19

3 https://www.parlament.ch/centers/eparl/sessions/2021%20III/Tagesordnung%20EJPD%20N%20D.pdf p.9
https://www.tagesschau.de/investigativ/monitor/fluechtlinge-libyen-lager-101.html

Le Courrier 22.09.2021

Démonstration de #AbolishFrontex à Zurich

12. September 2021
Nouvelles

Vendredi soir, plus d’un millier de personnes sont descendues dans les rues de Zurich pendant plusieurs heures. Avec divers discours, slogans et banderoles, ils ont exigé l’abolition de l’agence des frontières Frontex et critiqué le régime migratoire suisse raciste.

Dans des discours divers et percutants, des personnes ont parlé du racisme, de la violence dans le système d’asile suisse et aux frontières, ainsi que du quotidien des Sans-Papiers à Zurich. Les personnes touchées par le racisme structurel et la discrimination quotidienne ont pu s’exprimer. Une minute de silence a été observée en mémoire des personnes qui ont perdu la vie en fuyant vers l’Europe. 

La campagne #AbolishFrontex va au cœur de ce que les rapports sur les violences aux frontières extérieures de l’Europe révèlent semaine après semaine : Frontex ne peut pas être réformée, Frontex doit être abolie. Au lieu de cela, nous avons besoin d’un arrêt immédiat des déportations, de la liberté de mouvement pour tous et de la fermeture de tous les camps.

Des actions et des manifestations ont également eu lieu dans d’autres villes européennes. La prochaine journée d’action transnationale aura lieu le 3 octobre. Pour la Suisse, une action est ensuite prévue à Lucerne.

Également ce week-end, l’Enough. Les journées d’action ont eu lieu à Zurich. Ils ont facilité les ateliers, les contributions et la mise en réseau sur les luttes pour la migration et la résistance antiraciste. Les thèmes abordés ont été le climat et le vol, la liberté de mouvement d’un point de vue tunisien et les blocages de matériel de guerre dans le port de Gênes. Seebrücke Schweiz était présent avec un stand d’information.

Solicamp4Moria demande à KKS d’agir

29. August 2021
Nouvelles

Le deuxième Solicamp4Moria a eu lieu à Wil, au domicile de la ministre de la Justice Karin Keller-Sutter. Elle a été exhortée à ouvrir les portes de la Suisse aux personnes en fuite.

Des milliers de personnes vivent aux frontières extérieures de l’Europe dans des camps ruraux où, tout au plus, leurs besoins élémentaires en toilettes propres, eau, nourriture et sécurité sont assurés. Un collectif de Suisse orientale veut rendre cette structure visible avec le formulaire d’action Solicamp.


Karin Keller-Sutter est responsable du fait que des personnes viennent dans des camps comme Moria et y restent. Samedi, des passants et des militants ont écrit des messages au ministre de la Justice, qui ont été résumés sur une immense carte postale. Celle-ci a été remise au domicile de Karin Keller-Sutter à Wil dimanche après-midi.


Il aurait été surprenant qu’elle l’accepte. Même sans sa réaction, il est important et précieux d’attirer l’attention sur ce problème en dehors des grandes villes.


Pour plus d’informations :

Medienmitteilung des Kollektivs

Homepage des Solicamp4Moria

Trois villes suisses pour l’accueil de réfugié.e.s en venant d’Afghanistan

26. August 2021
Nouvelles

Les villes de Genève, Berne et Zurich ont accepté d’accueillir immédiatement les personnes vulnérables d’Afghanistan. Comme le gouvernement fédéral ne permet toujours pas aux villes de procéder seules, elles veulent maintenant faire pression sur le Conseil fédéral.

Avec la violente offensive des talibans, la situation sécuritaire des personnes vivant dans le pays s’est également considérablement détériorée. Non seulement le personnel local des différents projets européens en Afghanistan, mais surtout les femmes, les militants des droits des femmes, les membres de la communauté LGBTQIA+, les démocrates, les artistes et bien d’autres sont en grand danger de mort.

Déjà après l’incendie du camp de Moria il y a presque un an, le 09 septembre 2020, les trois villes ont accepté d’accueillir des personnes au-delà de la clé de répartition nationale. Aujourd’hui, GenèveBerne et Zurich réaffirment leur volonté et font pression sur le gouvernement fédéral. Les villes demandent à la Confédération suisse d’introduire immédiatement une procédure facilitée permettant la délivrance de visas humanitaires en priorité aux Afghans vulnérables.

“Je déplore que le conseil fédérale n’ait pas voulu entrer en matière c’est irresponsable de ne rien faire”, réagit Delphine Bachmann, par ailleurs présidente du PDC genevois.

Lors d’une récente conférence de presse, le Conseil fédéral a finalement annoncé qu’il accepterait pour l’instant 230 personnes en provenance d’Afghanistan. La ministre de la Justice, Karin Keller-Sutter, n’a pas réagi à la demande exprimée par différentes villes, ONG et société civile d’accueillir davantage de personnes en provenance de ce pays, aujourd’hui contrôlé par les talibans. Elle informe : “Ce n’est pas possible pour le moment”.

D’autres mots viennent de Zurich : “En 2015, la ville de Zurich a accueilli 800 réfugié.e.s sur son territoire en quelques semaines. Cela serait certainement possible aujourd’hui encore. Maintenant, c’est à la Confédération de décider du nombre de personnes qu’elle veut accueillir”, explique Heike Isselhorst, responsable de la communication du département social de la ville de Zurich.

Face à cette situation dramatique, le gouvernement fédéral ne doit plus empêcher l’admission de personnes ayant besoin de protection. La Suisse peut et doit ouvrir ses portes et se montrer solidaire des Afghans qui se sont battus ces dernières années pour les droits des femmes, la démocratie et une société libre.

Presse :

https://www.srf.ch/news/schweiz/staedte-kritisieren-bund-schweizer-staedte-wollen-mehr-afghanische-fluechtlinge-aufnehmen

https://www.tagblattzuerich.ch/aktuell/news/news-detail/article/afghanistan-fluechtlinge-zuerich-ist-bereit-bund-klemmt.html

Qu’est-ce que pouvez-vous faire pour l’Afghanistan maintenant ?

20. August 2021
Nouvelles

Nous recevons régulièrement des demandes de renseignements sur ce que nous pouvons faire actuellement pour aider les personnes en Afghanistan ou pour soutenir leur admission en Suisse. Nous résumons ici quelques options d’action.

La Suisse n’est actuellement prête à évacuer que 230 personnes d’Afghanistan. Pourtant, plusieurs villes seraient prêtes à accueillir davantage de personnes (voir le rapport SRF). Vous pouvez demander à votre lieu de résidence s’il est également prêt à accueillir des personnes originaires d’Afghanistan et en informer le gouvernement fédéral.

Vous pouvez également écrire directement à Karin Keller-Sutter pour lui demander d’agir ou lui dire que vous avez de la place chez vous pour accueillir des personnes. Adresse : Karin Keller-Sutter, Conseillère fédérale, Palais fédéral Ouest, CH-3003 Berne.

Il existe également une pétition qui peut être signée et diffusée. Le PS y exige du Conseil fédéral : “Accordez immédiatement un statut de protection à tous les Afghans en Suisse, sauvez leurs familles de la zone de guerre, accueillez 10 000 personnes vulnérables supplémentaires – surtout des femmes et des filles – et augmentez l’aide humanitaire dans les pays voisins !” Plus de 40 000 personnes l’ont déjà signée :
https://afghanistan-appell.ch/

Il y a un appel à un week-end d’action vocale : Le pont aérien maintenant ! Organisez une action dans votre ville et sensibilisez davantage de personnes à la situation d’urgence en Afghanistan. L’appel et le matériel d’action sont disponibles ici :
https://seebruecke.org/aktuelles/kampagnen/fluchtwege-aus-afghanistan.

Le sauvetage en mer n’est pas négociable

18. August 2021
Nouvelles

Samedi dernier, 07 août 2021, diverses actions ont eu lieu en Suisse et en Allemagne sous la devise “Le sauvetage en mer est #nonne négociable”. C’était également le cas à Berne avec Amnesty Youth Bern.

Ces derniers jours et ces dernières semaines, nous avons tous pu constater à quel point la situation est mauvaise en Méditerranée – il y a de nombreux naufrages meurtriers et les navires de sauvetage continuent d’être retenus. Les voies d’évacuation sûres ou le sauvetage en mer par l’État sont loin d’être une réalité. Rien que cette année, plus de 800 personnes se sont déjà noyées en Méditerranée. Plus de 14 000 personnes ont été ramenées en Libye par les soi-disant garde-côtes libyens, en violation du droit international, où elles sont exposées à la torture et aux plus graves violations des droits de l’homme. Pendant des années, les organisations civiles de sauvetage en mer ont comblé un vide que l’UE n’aurait jamais dû laisser se créer.

Nous ne regardons pas de l’autre côté ! Le sauvetage en mer est et reste #non négociable #LeaveNoOneBehind #LeaveNoOneToDie #NoBorders #sea rescue.

Correction : La municipalité de Schwyz rejette la campagne Safe Harbour.

7. August 2021
Nouvelles

Samedi, nous avons écrit que la municipalité de Schwyz est solidaire de la criminalisation du sauvetage en mer et nous nous sommes réjouis des déclarations positives du conseil municipal.

Après une conversation avec le président de la municipalité, nous devons retirer la publication. L’intention était d’annuler avec des mots amicaux. La municipalité s’abstient expressément de participer à la campagne.

Nous nous excusons pour ce malentendu.

Ulteriori informazioni sulla campagna “Comuni della Svizzera centrale verso un rifugio sicuro”.

La municipalité d’Ostermundigen (BE) a accepté d’accueillir dix réfugiés de Moria/Kara Tepe.

12. July 2021
Nouvelles

Après l’incendie du camp de Moria en septembre 2020, une motion urgente sans parti avait demandé à Ostermundigen d’accueillir dix personnes des camps grecs. Le conseil municipal a maintenant accepté de faire pression sur le gouvernement fédéral et le canton et de leur demander d’accueillir le plus grand nombre possible de personnes provenant de ces camps en Suisse.

Ostermundigen renforce ainsi le mouvement des villes, qui fait pression sur le gouvernement fédéral pour qu’il s’active à accueillir les personnes issues des camps grecs. Outre les grandes villes comme Zurich, Bâle et Genève, des communes plus petites comme Burgdorf et Spiez ont également déclaré leur solidarité avec les personnes qui fuient leur domicile.

À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 19 juin, Seebrücke Schweiz a appelé de nombreuses communes de Suisse centrale et de Saint-Gall à se déclarer également solidaires. Pour que la pression de la base augmente et que l’on passe à une politique suisse plus équitable.

Tous les détails de l’avance.

Source d’image : https://www.ostermundigen.ch/

Campagne pour l’action “les nommer par leur nom” à Saint-Gall

6. June 2021
Nouvelles

La carte politique sur laquelle nous présentons l’engagement des villes suisses en faveur d’une politique migratoire solidaire s’élargit chaque semaine. Nous recevons constamment de nouvelles propositions de groupes actifs dans toute la Suisse. Nous recevons également des nouvelles de la campagne “500 personnes pour les communautés en Argovie”. Il s’agit d’une voix forte de la société civile qui exige une politique migratoire humaine en Suisse.

La mer Méditerranée est un mémorial de la politique européenne et suisse d’isolement des populations. Plus de 44 000 personnes y sont mortes depuis 1993 en tentant de fuir vers l’Europe. La plupart d’entre eux se sont noyés. Aujourd’hui, à Saint-Gall, les noms et les histoires des personnes décédées ont été lus à haute voix dans le cadre de l’action “les nommer par leur nom”. Les noms étaient également inscrits sur des bandes de tissu et accrochés sur la façade extérieure de l’église de St. Laurenzen.

SEEBRÜCKE Suisse a profité de l’action d’aujourd’hui à Saint-Gall pour écrire aux 73 communes du canton. Cela correspond à toutes les communes politiques de Saint-Gall qui n’ont pas encore pris de position publique. Les municipalités de Buchs, Sevelen, Wil et la ville de Saint-Gall ont déjà envoyé un signal politique contre la politique d’asile inhumaine.

La lettre d’aujourd’hui a été adressée aux administrations municipales respectives et leur demande de déclarer leur solidarité avec les personnes en situation de fuite dans un premier temps. Cette déclaration publique de solidarité peut être suivie d’autres mesures concrètes d’action, telles que la demande concrète d’un accueil supplémentaire de réfugié.e.s auprès du gouvernement fédéral.

Dans le but d’augmenter la pression de la base sur le gouvernement fédéral et la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter par l’intermédiaire des municipalités, SEEBRÜCKE Suisse a envoyé la lettre suivante :

“Am 20. Juni ist Weltflüchtlingstag. In der Stadt St. Gallen organisieren zahlreiche Organisationen, darunter die katholischen und reformierten Kirchen, den Aktionstag “Beim Namen nennen”. Seit 1993 sind über 40’000 Menschen auf der Flucht über das Mittelmeer verstorben. Die Namen und Geschichten dieser Menschen werden heute während 24 Stunden in der Kirche St. Laurenzen vorgelesen. Wir möchten diesem Gedenken politisches Handeln folgen lassen.

Jeden Tag sterben Menschen im Mittelmeer, gleichzeitig werden NGOs bei der Seenotrettung behindert und müssen teilweise wochenlang mit geflüchteten Menschen an Bord vor den Küsten Europas warten. Die Schweiz verfügt über die nötige Erfahrung und Infrastruktur, um vulnerable Personen aufzunehmen und deren Asylantrag zu prüfen. Um das weitere Sterben tausender Menschen zu verhindern, ist ein schnelles Handeln unabdingbar. 

Die SEEBRÜCKE setzt sich dafür ein, dass Menschen, die fliehen mussten, einen Ort zum Ankommen finden – einen Sicheren Hafen. Das könnte Ihre Gemeinde werden. Aus unserer Sicht sollten die Städte stärker Einfluss auf migrationspolitische Fragen nehmen und sich klar positionieren. Erklären Sie sich solidarisch mit Menschen auf der Flucht? Das ist ein wertvolles politisches Zeichen, auf das konkrete solidarische Handlungen folgen können.

Wir fordern Ihre Gemeinde auf, sich zum Sicheren Hafen zu erklären. 

 Zu einem Sicheren Hafen gehört, dass die Gemeinde: 

Öffentliche Solidaritätserklärung 
1. sich mit Menschen auf der Flucht und den Zielen der SEEBRÜCKE solidarisch erklärt.   

Aktive Unterstützung der Seenotrettung 
2. sich öffentlich gegen die Kriminalisierung der Seenotrettung auf dem Mittelmeer positioniert und diese aktiv unterstützt sowie die Patenschaft und finanzielle Unterstützung für ein ziviles Seenotrettungsschiff übernimmt bzw. sich daran beteiligt. 

Aufnahme zusätzlich zur Quote
3. die schnelle und unkomplizierte Aufnahme und Unterbringung von aus Seenot geretteten Menschen und Menschen aus den griechischen Lagern zusätzlich zur Verteilungsquote von Schutzsuchenden sicherstellt. Konkret erklärt sich die Gemeinde bereit, eine selbst gewählte, verbindliche Anzahl an geflüchteten Menschen, beispielsweise von einem zivilen Seenotrettungsboot oder aus einem griechischen Lager, ähnlich eines Relocation-Programms, direkt aufzunehmen und unterzubringen. Diese Aufnahme geschieht zusätzlich zur Verteilungsquote Asylsuchender. Hierzu wird ein Einvernehmen mit dem Eidgenössischen Departement des Innern und dem Amt für Migration hergestellt.

Aufnahmeprogramme unterstützen 
4. sich gegenüber dem Bund für die Einrichtung neuer bzw. die deutliche Ausweitung bestehender Programme zur legalen Aufnahme von Flüchtenden einsetzt und dazu selbst zusätzliche Aufnahmeplätze anbietet.

Kommunales Ankommen gewährleisten
5. für ein langfristiges Ankommen sorgt, indem alle notwendigen Ressourcen für eine menschenwürdige Versorgung, insbesondere in den Bereichen Wohnen, medizinische Versorgung und Bildung, zur Verfügung gestellt werden.  

Nationale und europäische Vernetzung 
6. sich auf regionaler, nationaler und europäischer Ebene aktiv für die Umsetzung der oben genannten Punkte einsetzt.  

Bündnis Sichere Häfen 
7. sich für ein Bündnis aller Sicheren Häfen in Europa zur aktiven Gestaltung einer menschenrechtskonformen europäischen Migrationspolitik einsetzt. 

Transparenz 
8. alle unternommenen Handlungen zeitnah und fortlaufend veröffentlicht, mit denen die Gemeindzu einem Sicheren Hafen wird. 

Der Weg zu einem Sicheren Hafen ist für uns ein Prozess, der sich über einen längeren Zeitraum erstrecken kann. Der entscheidende erste Schritt ist die öffentliche Solidaritätsbekundung. Ihre Gemeinde setzt damit ein wichtiges politisches Zeichen. Sie macht damit auf die humanitäre Notlage aufmerksam, von der nicht länger die Augen verschlossen werden können.

Bitte traktandieren Sie diesen Antrag an der nächsten Gemeinderatssitzung und teilen Sie uns mit, ob Sie unserem Begehren zustimmen. Wir zählen auf die Solidarität unserer Exekutive und freuen uns auf den Bescheid. Natürlich stehen wir Ihnen gerne auch für ein Gespräch zur Verfügung.

Mit freundlichen Grüssen
Seebrücke Schweiz”

Seebrücke Schweiz soutient les personnes en mouvement en Bosnie avec 3’000 CHF

17. May 2021
Nouvelles

À l’approche de l’été, des milliers de personnes en mouvement (PoM) tentent actuellement de franchir la frontière criminalisée par la route des Balkans vers l’Europe occidentale. Seebrücke Schweiz veut faire preuve d’une solidarité active et concrète. Les activistes de Seebrücke sont donc impliqués dans des structures de projet de solidarité sur le terrain depuis plusieurs mois. Grâce à ces militants, Seebrücke Schweiz met 3 000 CHF à la disposition du PoM.

La forteresse Europe continue de se refermer sur elle-même avec des pratiques de repli inhumaines. En toute illégalité et au nom de l’UE, la police croate repousse quotidiennement des personnes vers la Bosnie. Au cours de ce processus, les PoM sont exposés à la violence policière physique et psychologique sans protection. Lors d’un refoulement, dans la plupart des cas, tous les objets de valeur ainsi que les vêtements et la nourriture leur sont retirés afin de rendre les conditions de vie et une nouvelle tentative de passage de la frontière aussi difficiles que possible.

Seebrücke Schweiz veut soutenir activement les personnes dans cette situation, qui dure depuis des années. L’argent donné est disponible pour les smartphones, les blocs d’alimentation, la nourriture et les médicaments.

Si vous souhaitez également apporter un soutien matériel, nous avons besoin d’urgence de ce qui suit sur la route des Balkans :

  • Smartphones de travail : Points de collecte de la Route des Balkans d’Open Eyes (Berne, Lucerne, Zurich, Saint-Gall).
  • Argent : Compte de Seebrücke Schweiz avec le sujet “Bosnie”. CH12 0839 0036 7691 1000 2

Soyons solidaires, épaule contre épaule, et combattons la forteresse Europe, jour après jour, pierre après pierre.

leavenoonebehind #stopptdiefestung #nobordersnonations #borderless solidarity

Le canton de Soleure refuse l’admission

13. May 2021
Nouvelles

Alors que la ville de Soleure a déjà confirmé à plusieurs reprises sa volonté d’accueillir des réfugiés supplémentaires, le canton est réticent. Il considère que la responsabilité incombe au gouvernement fédéral.

En mai 2020, Christof Schauwecker (Verts) a exigé dans une commission urgente que le gouvernement du canton de Soleure fasse pression sur le Conseil fédéral pour qu’il accueille un contingent de réfugiés des camps des îles grecques et les héberge dans le canton.

À cette époque, l’apparition de la pandémie de Corona avait encore aggravé la situation déjà précaire de milliers de personnes. En raison de l’exiguïté et du manque d’hygiène des camps, les gens étaient – et sont toujours – très exposés au virus. Pourtant, la Suisse n’avait accepté d’accueillir que 21 mineurs non accompagnés.

En mai 2020 déjà, le Conseil cantonal n’a pas jugé urgent de faire face à cette catastrophe imminente. Le conseil du gouvernement avait ensuite recommandé le rejet de l’ordonnance. Le Conseil cantonal l’a maintenant rejeté un an plus tard “à une large majorité”, comme il est dit dans la résolution. Comme souvent, il est fait référence à la responsabilité de la Confédération.

Pendant ce temps, la situation dans les camps grecs ne s’est pas du tout améliorée. En septembre dernier, le camp Moria à Lesbos a brûlé. Dans le nouveau camp rapidement construit sur la côte, les gens passaient l’hiver dans des tentes non chauffées et manquaient toujours de tout ce dont ils avaient besoin pour vivre. L’exposition avérée au plomb met en danger la santé des personnes qui y sont logées, notamment les enfants. La situation est similaire dans les autres îles. Dans le camp de Vial, à Chios, le corps d’un homme mort dans ces conditions précaires a été retrouvé la semaine dernière, dévoré par des souris.

Il est toujours urgent d’évacuer tous les camps.

Tous les détails sur le push.

Photo : Alea Horst

Trois autres communes argoviennes se déclarent prêtes à participer à l’opération

11. May 2021
Nouvelles

Les communes de Frick, Vordemwald et Uerkheim ont répondu positivement à la campagne “500 personnes pour les communes d’Argovie”. Au début de l’année, le Réseau asile Argovie a demandé à toutes les communes si elles étaient prêtes à accueillir des personnes provenant des camps des îles grecques.

Le conseil municipal de Frick se déclare prêt à accueillir 4 réfugiés supplémentaires “à condition que le gouvernement fédéral suive l’appel de l’Appel de Pâques et évacue 5 000 personnes des camps grecs, dont 500 personnes devraient être prises en charge par le canton d’Argovie.”

La commune d’Uerkheim est prête à “accueillir d’autres personnes dans la propriété “Rudolfhaus” […] si cela est possible en concertation avec le service social cantonal.”

La municipalité de Vordemwald répond : “Selon les rapports des médias disponibles, la situation dans les camps de réfugiés est dramatique. A notre avis, le canton d’Argovie pourrait accueillir 500 personnes aujourd’hui. Le conseil municipal de Vordemwald ne fermerait pas l’œil sur une telle disponibilité, si la Confédération et le canton prévoient des capacités correspondantes et décident de l’admission de réfugiés de longue date.”

Avec Aarau, Baden, Brugg, Laufenburg, Lenzburg et Windisch, neuf communes argoviennes ont donc déjà confirmé leur volonté d’accueillir des réfugiés. Nous demandons au canton ainsi qu’au gouvernement fédéral de prendre cette question au sérieux et de créer les possibilités d’accueil.

Tous les détails de la campagne.

Les programmes d’accueil de la Grèce laissent derrière eux des dizaines de milliers de demandeurs de protection

26. April 2021
Nouvelles

Une contribution du journal télévisé d’Antira du 26.04.21

Plusieurs pays ont mis fin à leur engagement au niveau européen d’accueillir les réfugiés des camps grecs précaires. Au total, moins de 4 000 personnes ont été évacuées, dont 91 en Suisse.

Il y a un an, plusieurs pays européens se sont engagés à accueillir des personnes provenant des camps grecs. À l’époque, 40 000 réfugiés se trouvaient dans les camps, attendant une chance de quitter les camps et de trouver des perspectives en Europe. La semaine dernière, le dernier avion du programme d’accueil allemand a atterri en Allemagne avec 103 personnes à bord. Au total, 3 782 personnes ont été accueillies par les pays européens en provenance de Grèce, dont environ 2 750 par l’Allemagne. Avec près de 250 villes prêtes à accueillir des personnes, il aurait été possible d’en faire beaucoup plus. Cependant, le ministre de l’Intérieur, M. Seehofer, continue de bloquer avec véhémence la possibilité d’une admission municipale. En conséquence, des milliers de personnes cherchant une protection continuent d’être laissées pour compte dans les camps.

Malheureusement, l’Allemagne reste en tête de l’Europe avec ce faible nombre d’admissions. Outre l’Allemagne, le Portugal, avec 1 500 personnes, et la France, avec 1 000 personnes, se sont engagés de manière relativement généreuse à accueillir des personnes. Toutefois, jusqu’à présent, ils n’ont admis que 81 (Portugal) et 576 (France) personnes respectivement. En mars 2021, seuls la Suisse, le Luxembourg et les Pays-Bas avaient rempli leurs quotas promis – mais au total, les trois États n’ont accueilli que 140 personnes.

Le “Rapport sur les activités de la politique extérieure de la Suisse en matière de migration 2020” du Conseil fédéral indique qu’un total de 71 requérants d’asile mineurs non accompagnés (MNA) ayant un lien familial avec la Suisse ont été admis conformément aux dispositions de Dublin, ainsi que 20 autres MNA après l’incendie de Moria en septembre 2020. Un triste résultat pour l’un des pays les plus riches du monde.

Mais le fait qu’il s’agissait d’une volonté politique et non d’un manque de ressources financières est démontré par les dépenses consacrées à la fermeture du pays. Il y avait de l’argent après tout, à savoir pour 1 500 jours d’opérations de Frontex, principalement à la frontière terrestre entre la Grèce et la Turquie, et pour le détachement d’un expert auprès du soi-disant “Bureau des droits fondamentaux” de Frontex de février à juin 2021. Les graves allégations de violations des droits de l’homme par des fonctionnaires de Frontex sont mentionnées dans le rapport, mais le Conseil fédéral estime qu’elles ont été suffisamment traitées, puisqu’il existe une commission d’enquête interne. Il ne faut rien attendre de ce comité. Si l’on considère les objectifs de bouclage de la Suisse, Frontex fait très bien son travail, du moins du point de vue des autorités suisses. Ils éloignent les gens du sol européen et donc aussi de la Suisse.

La pétition “Stop à la mort en Méditerranée !” également rejetée au Conseil des Etats

19. March 2021
Nouvelles

Le 7 janvier 2020, l’organisation Solidarity Network et d’autres organisations ont soumis la pétition “Stop dying in the Mediterranean !”. La pétition demande immédiatement que la Suisse participe à la mise en place d’un système civil de sauvetage en mer organisé et financé par l’Europe ; que les personnes sauvées de la détresse en mer soient réparties entre les pays selon l’état de droit et les principes humanitaires ; et que les bases légales soient créées en Suisse afin que les réfugiés de la mer puissent être accueillis rapidement et de manière décentralisée.

La pétition a été rejetée au Conseil des États par 25 voix contre 14 et 6 abstentions. Alors que le Conseil des Etats n’est pas prêt à faire un minimum contre les agonisants de la Méditerranée, Thomas Hefti, partisan du rejet, trouve : “Cela me dérange quand cette discussion est menée ici et là de telle manière que nous passons pour les méchants et les mauvais.” Mais n’est-ce pas le pouvoir qui est à l’origine de cette situation avec ses politiques isolationnistes ?

Nous souhaitons donc donner plus de place au vote de Daniel Jositsch pour l’acceptation de la pétition :

“La présente pétition traite d’une situation qui, à mon avis, représente objectivement une injustice, quelle que soit la position de chacun sur la politique de migration et de réfugiés. Elle représente une injustice qui doit être réparée de toute urgence. Pourquoi ?

La politique des réfugiés, et ceci est vrai d’un point de vue paneuropéen, mais aussi par rapport à la Suisse, est basée sur le fait qu’en tant que réfugié, même si vous avez un droit légal à être reconnu comme tel et à obtenir l’asile en Suisse, vous n’avez aucune possibilité de faire valoir ce droit de quelque manière que ce soit dans votre pays d’origine. Vous êtes obligé de vous frayer un chemin vers notre pays par des moyens illégaux, par exemple par des passeurs à travers la Méditerranée, au péril de votre vie, afin de pouvoir déposer une demande ici.

Il se peut que les passeurs soient des criminels malfaisants et avides d’argent, mais – et je dois ici contredire en partie le rapporteur de la Commission – ils sont aussi les seuls à offrir un moyen de traverser la Méditerranée. À cet égard, je dois vous dire que le fait qu’il y ait des trafiquants est dû à la politique migratoire globale de l’Europe. Il n’y a pas d’autre moyen de traverser la Méditerranée.

Cette situation a entraîné la mort de 21 000 personnes fuyant à travers la Méditerranée depuis 2014. Cela représente dix personnes par jour ! Vous vous souvenez peut-être tous de la photo de cet enfant trouvée sur la plage de la Méditerranée. (L’orateur montre une photo) Cette photo nous a tous choqués et nous nous sommes tous demandé, pour l’amour de Dieu, ce qui était arrivé à ce pauvre enfant ? – C’est exactement ce qui se passe dix fois par jour ! C’est ce qui arrive aux enfants, aux mères, aux hommes et aux femmes, dont certains sont en fuite, sans que ce soit leur faute !

Si vous dites maintenant – comme l’a dit le rapporteur de la Commission – que nous passons la balle aux administrations et aux gouvernements sur place, cela n’aidera pas ces personnes. Si vous êtes dans une telle situation, si vous êtes en Syrie ou dans un autre pays où vous ne pouvez plus vivre et que vous fuyez donc, cela ne vous sert à rien que nous disions ici, oui, votre gouvernement vient d’échouer. J’aimerais également vous faire remarquer que des Suisses – même si c’était il y a quelque temps – ont également dû demander l’asile dans d’autres pays et être reconnus comme réfugiés.

J’aimerais simplement vous faire remarquer que des Suisses – même si c’était il y a un certain temps – ont aussi déjà dû compter sur le fait de demander l’asile dans d’autres pays et d’être reconnus comme réfugiés.

Que veut la pétition ? La pétition ne veut ni plus ni moins qu’une organisation européenne de sauvetage en mer. Elle veut une répartition ordonnée des personnes sauvées de la détresse en mer et elle souhaite un accueil rapide et décentralisé des réfugiés de la mer en Suisse.

Le Conseil fédéral voit cette nécessité, il voit aussi que la politique migratoire actuelle, telle qu’elle se déroule en Europe, n’est pas en ordre. Mais tout d’abord – comme l’a également dit le rapporteur de la Commission – nous faisons référence au programme de réinstallation ; c’est en fait la seule version de la manière dont ils arrivent dans notre pays selon une procédure ordonnée, pour ainsi dire, depuis leur pays d’origine. Mais il faut simplement voir que nous parlons d’un bon millier de personnes par an. Je ne minimise pas le problème, mais il touche des centaines de milliers, pas des milliers.

Le deuxième commentaire du Conseil fédéral est le suivant : oui, nous ne sommes pas seuls en Europe ! Je dois vous dire : oui, nous sommes seuls en Europe, parce que nous avons décidé d’être seuls en Europe ! À cet égard, je trouve un peu cynique de dire : nous sommes souverains ! Nous insistons sur notre souveraineté dans tous les domaines. Mais ensuite, lorsqu’il s’agit d’aider les gens, nous disons simplement : “Oui, malheureusement, nous ne pouvons pas le faire seuls ; nous sommes un pays indépendant et nous devons donc décider de manière indépendante.” Il s’agit de personnes dans le besoin. Il me semble donc un peu cynique de dire simplement : ” Oui, si les autres ne font rien, nous ne faisons rien. “

C’est pourquoi je pense que nous devons innover ici. Nous devons également assumer, pour une fois, la responsabilité de cette situation. Il ne s’agit pas pour moi de vous demander de changer notre politique migratoire. Non, vous pouvez toujours décider qui vient dans notre pays et qui n’y vient pas, comme nous le faisons aujourd’hui. La seule différence, c’est que je m’attends à ce que les gens aient accès à une procédure régulière sans devoir se battre pour traverser la Méditerranée, organisée par un passeur, en un mot, et risquer la vie de toute leur famille.

Je veux simplement qu’ils puissent s’enregistrer comme réfugiés dans un système ordonné, dans une procédure ordonnée. Ce n’est qu’ensuite qu’il faut décider si quelqu’un a le droit de venir en Suisse. Si c’est le cas, alors ce chemin doit être pavé – ni plus ni moins ! D’un point de vue humanitaire, cela me semble être le moins que l’on puisse faire.

Afin que nous n’ayons plus à regarder des images comme celle-ci (l’orateur montre à nouveau la photo) et que nous puissions prévenir des situations de ce genre, je vous demande instamment de renvoyer la pétition à la Commission avec pour mandat d’élaborer une proposition de la Commission.”

Détails complets de la motion.

Image : Remise de la pétition à Berne en janvier 2020, https://beobachtungsstelle.ch/news/sterben-auf-dem-mittelmeer-stoppen-petitionsuebergabe/

Genève est prête à accueillir 20 familles de Kara Tepe

16. March 2021
Nouvelles

Le Conseil cantonal de Genève a accepté une motion de 17 politiciens promettant d’accueillir 20 familles du camp temporaire de Kara Tepe à Lesbos. Kara Tepe a été construit après l’incendie du camp original de Moria, début septembre, et abrite toujours 10 000 personnes dans des conditions inhumaines.

La motion, intitulée “proposition de motion pour l’accueil à titre humanitaire de familles de réfugiés vivant dans le camp de Kara Tepe sur l’île de Lesbos”, prévoyait initialement l’accueil de dix familles au maximum. Cependant, après que la motion ait été déclarée urgente, le texte a également été modifié. Finalement, le nouveau texte et l’admission de 20 familles ont été approuvés par 52 voix contre 43.

Bien que de nombreuses villes et communes de Suisse aient manifesté leur solidarité avec les réfugiés de Moria, cela n’a pas encore été suivi de nombreuses actions. Le gouvernement fédéral reste discret et, à part l’accueil de quelques enfants et jeunes, dont la plupart avaient déjà des liens familiaux en Suisse, nous n’avons pas encore vu d’action active et encore moins humanitaire.

La Suisse n’a jamais accueilli aussi peu de réfugiés que ces derniers mois. Compte tenu de la pandémie actuelle, c’est consternant. La situation actuelle de pandémie ne doit pas être la raison de nous refuser de voir ce qui se passe dans Lesbos et aux frontières extérieures de l’Europe !

Avec cette initiative, Genève a montré une fois de plus combien il est important de maintenir la pression sur le gouvernement fédéral. Les villes et communes suisses doivent faire de même, car c’est le seul moyen de garantir que le droit fondamental d’asile ne soit pas complètement déshumanisé et que la Suisse mette fin à sa politique migratoire restrictive.

Tous les détails sur l’initiative.

Le canton de Berne rejette la motion “Evacuez maintenant !”

15. March 2021
Nouvelles

Malheureusement, le Grand Conseil du canton de Berne a décidé aujourd’hui de rejeter la motion “Evacuez maintenant ! Les réfugiés de Grèce ont besoin de notre protection”.

De nombreuses villes de Suisse font depuis longtemps preuve de solidarité et sont prêtes à accueillir des personnes. Cette volonté est mise à mal par de telles résolutions !

Nous ne pouvons en aucun cas comprendre pourquoi les personnes qui ont fui et sont maintenant bloquées dans la misère en Grèce sont laissées pour compte et délibérément oubliées. La raison pour laquelle les yeux sont fermés est un mystère pour nous. ….

Depuis août 2020, des habitants de Moria et un photographe des Pays-Bas documentent les conditions de vie à Moria. Avec leurs photos du camp, ils attirent l’attention sur la situation catastrophique. En février, une campagne a été lancée dans laquelle des affiches ont été conçues avec leurs photos.

Nous voulons aussi mettre un panneau ! Depuis aujourd’hui, des affiches avec les photos sont accrochées dans différents endroits de la ville de Berne. Avez-vous la possibilité d’accrocher une affiche ? Faites-nous savoir ! Avez-vous vu une affiche quelque part ? Envoyez-nous une photo ou publiez-la dans votre article !

L’esprit d’accueil des villes ne doit pas être mis à mal – nous avons de l’espace et les gens ont besoin de protection !

Tous les détails de l’avance.

Inquiétudes de certaines municipalités concernant la déclaration de solidarité

2. March 2021
Nouvelles

Environ 7 000 personnes vivent encore dans le nouveau camp de Lesbos. Dans des tentes non chauffées et non résistantes à l’hiver, directement au bord de la mer, exposées aux intempéries. Les conditions se sont encore détériorées par rapport au camp de Moria, qui a brûlé en septembre. La situation constitue une charge physique et psychologique inacceptable pour les personnes qui y sont hébergées.

Avec la campagne “500 personnes pour les municipalités d’Argovie”, l’association Netzwerk Asyl Aargau fait campagne pour que les municipalités et les villes augmentent volontairement leur quota de personnes qu’elles peuvent accueillir. Cela donne la possibilité de créer les capacités nécessaires dans les cantons et d’enregistrer des “espaces libres” auprès de la Confédération pour l’accueil des personnes issues de ces camps précaires. De nombreuses communes ont déjà donné des échos positifs.

Aarau, Baden, Brugg, Laufenburg, Lenzburg et Windisch ont fait part à la Confédération de leur volonté d’accueillir dans leurs communes des personnes originaires de Moria pour des raisons humanitaires. Ils sont prêts à entamer des discussions avec la Confédération et le canton et à travailler ensemble pour trouver des solutions pour l’accueil communal futur.

Malgré le grand nombre de réponses positives à la demande de l’association Netzwerk Asyl Aargau, certaines municipalités ont encore des réserves sur la campagne. Il s’agit notamment de Wohlen, Ennetbaden et Wettingen. Bien qu’ils reconnaissent eux aussi la détresse des personnes vivant dans les camps grecs, ils rejettent la demande en raison d’un certain nombre de préoccupations administratives différentes.

Compétences fédérale et cantonale

Une des raisons de cette réserve est la séparation claire des compétences du gouvernement fédéral et des municipalités. Afin de ne pas dépasser ces compétences, les communes veulent s’abstenir d’exercer une pression communale sur le gouvernement fédéral. Néanmoins, dans certains cas, il est expressément ajouté qu’ils seraient prêts à accueillir des réfugiés et disposeraient également de capacités d’hébergement, mais qu’ils ne les mettraient à disposition qu’après avoir reçu une demande correspondante du canton.

Charge financière

En outre, de nombreuses municipalités ne savent toujours pas exactement à combien s’élèvent les coûts de prise en charge des personnes supplémentaires. On indique des montants très différents qui devraient être collectés. Il est également fait référence à la voie procédurale : Les municipalités ne pourraient pas s’engager à une admission sans que le budget correspondant soit officiellement approuvé ailleurs.

Exécution des tâches

De nombreuses communes déclarent qu’elles prennent déjà en charge un nombre de réfugiés nettement supérieur à celui qu’elles devraient prendre en charge selon la clé cantonale. Cet aspect montre aussi qu’elles sont prêtes à assumer des responsabilités dans le système d’asile suisse, mais qu’elles attendent aussi cela des autres communes.

Facilités d’hébergement

Dans certains cas, le manque de logement est cité comme motif de refus. Cet aspect n’est souvent qu’un instantané dans de nombreuses municipalités. L’évolution des besoins en espace pendant la pandémie de Covid, en particulier, a montré que dans de nombreux endroits, il est possible de mettre à disposition des logements supplémentaires à court terme.

Chez SEEBRÜCKE Suisse, nous aimerions savoir si ces raisons ont été prétexte à la décision ou si elles ont été réellement décisives et nous demandons donc au gouvernement fédéral de cesser de bloquer la voie à l’accueil communal des personnes en fuite.

La campagne n’est pas encore terminée. Dans douze municipalités, une réponse à la demande du Netzwerk Asyl Aargau est toujours en attente. Afin de continuer à renforcer la pression de la base et la solidarité des municipalités, tout soutien à la campagne est le bienvenu. Que ce soit à travers les médias, les actions ou les lettres, soyez créatifs !

La ville de Kriens (LU) soutient l’appel au gouvernement fédéral pour une admission directe

23. February 2021
Nouvelles

Le conseil municipal de Kriens réagit positivement à la demande d’un résident de Kriens. Dans une lettre, elle a attiré l’attention sur la situation dans les camps aux frontières extérieures de l’Europe et sur la volonté de nombreuses villes suisses d’accueillir directement des réfugiés.

“Le dossier est une affaire fédérale, mais il a besoin de villes courageuses qui exercent des pressions et signalent au gouvernement fédéral qu’une politique humaine en matière de réfugiés est possible. En tant que résident de la ville de Kriens, je serais très heureux si Kriens devenait également un refuge et soutenait cette cause”.

Le conseil municipal soutient l’appel lancé au gouvernement fédéral pour qu’il autorise les admissions directes de la Moria et demande au gouvernement fédéral d’engager un dialogue avec les municipalités et les villes pour la mise en œuvre. La lettre de réponse de la ville déclare : “Nous espérons envoyer un signal de type humanitaire pour améliorer la situation des réfugiés de Lesbos avec cette décision.

Vous voulez aussi faire de votre ville un havre de sécurité ? Contactez-nous à l’adresse schweiz@seebruecke.org.

Vous trouverez ici la lettre qui a été couronnée de succès à Kriens, que nous aimerions également soumettre aux autres communes du canton, ainsi que tous les détails sur l’initiative.

Source de l’image : https://www.stadt-kriens.ch/stadtbuero/dienstleistungen/medienanfragen.page/1669

L’Argovie solidaire : Laufenburg et Lenzburg veulent accueillir des réfugiés de Moria

9. February 2021
Nouvelles

Les villes de Laufenburg et Lenzburg en Argovie ont accepté d’accueillir respectivement trois et huit personnes du camp grec de Moria. Auparavant, Aarau, Baden, Brugg et Windisch dans le canton avaient déjà déclaré leur solidarité.

À Laufenburg, le conseil municipal a accepté l’initiative de l’IG Asyl Laufenburg et a reconnu les conditions dévastatrices dans les camps européens. Elle s’est déclarée prête à accueillir des réfugiés, à les prendre en charge et à les intégrer avec le soutien de l’IG Asyl Laufenburg.

À Lenzbourg, le conseil municipal a accepté la proposition directement après avoir voté sur l’urgence. Le conseiller municipal Andreas Schmid a expressément soutenu la demande : “Le conseil municipal a déjà traité ce postulat. Nous pensons qu’il s’agit de personnes dans le besoin. Il ne s’agit pas d’une question de politique d’asile. Si la ville de Lenzburg peut faire quelque chose pour aider ces personnes qui ont perdu leurs biens, la ville de Lenzburg le fera. C’est pourquoi le Conseil municipal accepte ce postulat sans vote”.

Les initiatives politiques réussies dans le canton d’Argovie font partie de la campagne “500 personnes pour l’Argovie” de l’association Netzwerk Asyl Aargau.

Tous les détails des avancées à Laufenburg et Lenzburg.

Source de l’image : https://www.laufenburg.ch/fotoalbum/

Ville solidaire de Windisch

3. February 2021
Nouvelles

La municipalité de Windisch (AG) a accepté d’accueillir six réfugiés de l’île grecque de Lesbos. Comme c’est essentiellement le gouvernement fédéral qui décide de l’admission, la ville a demandé une modification de la loi au niveau fédéral.

Cette décision a déjà été prise en octobre 2020. Nous sommes heureux de pouvoir ajouter Windisch à la liste des villes solidaires de Suisse.

Tous les détails sur la proposition.

Source de l’image : https://www.windisch.ch/windisch-im-portraet/portraet/unser-dorf.html/26

Brugg est prêt à accueillir 9 personnes de Lesbos

31. January 2021
Nouvelles

Avec une nette majorité de 34 voix contre 14, le conseil municipal de Brugg accepte le postulat concernant l’accueil des réfugiés du camp de Moria.

Björn Urs Bürkler (Verts) et Pascal Ammann (SP) avaient demandé que la ville de Brugg accueille neuf réfugiés de l’île grecque de Lesbos. En outre, elle devrait demander au canton et à la Confédération de prendre les mesures nécessaires pour permettre l’accueil et la coordination avec d’autres villes à l’intérieur et à l’extérieur du canton qui sont prêtes à accueillir des réfugiés.

Il est gratifiant de voir le plaidoyer pour cette cause non seulement de la part du PS et des Verts, mais aussi du PVE, du CVP et du BPL. Si ces partis soutiennent également une politique d’asile humaine et accueillante au-delà de la municipalité de Brugg, les demandes d’évacuation des camps grecs peuvent trouver des majorités dans de nombreux endroits.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la campagne “500 personnes pour l’Argovie”, qui est coordonnée par l’association Netzwerk Asyl Aargau. Elle demande aux communes argoviennes d’accepter un réfugié pour 1356 habitants. De nombreuses municipalités ont déjà donné un feedback positif.

Tous les détails sur l’initiative

Source de l’image : https://www.stadt-brugg.ch/

Réponse de Karin Keller-Sutter

31. January 2021
Nouvelles

En décembre, de nombreux militants ont contacté la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter et ont exigé l’évacuation des camps grecs. La réponse est venue sous la forme d’une lettre type.

La lettre de la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter documente ce que la Suisse a fait jusqu’à présent. Elle soutient les structures en Grèce qui ne permettent pas une vie digne. Elle a également permis à quelques enfants et jeunes d’entrer en Suisse, mais la plupart d’entre eux auraient pu venir de toute façon en raison du droit actuel au regroupement familial. Mais le fait que la Suisse tente maintenant de se faire un nom auprès de ces personnes est cynique, car en même temps, des milliers de personnes vivent encore sans protection dans des conditions inhumaines et précaires.

Nous exigeons que la Suisse riche et privilégiée agisse de manière à ouvrir une nouvelle perspective réelle pour les habitants de Lesbos et d’ailleurs. Il est temps de cesser de se contenter de glorifier la tradition suisse de l’aide humanitaire et de la traduire en actions concrètes.

Réponse de Karin Keller-Sutter du 22.01.2021

#NoPushbackistlegal – Aufnahme statt Abschottung

30. January 2021
Nouvelles

Le 30.01.21, Seebrücke Schweiz a participé à la journée d’action #KeinPushbackistlegal – Aufnahme statt Abschottung.

Vidéo du SEEBRÜCKE de Zurich lors de la journée d’action #KeinPushbackistlegal


En été, Moria a brûlé, maintenant Lipa. Le 23.12.2020, le camp de Lipa, au nord-ouest de la Bosnie, a brûlé presque complètement. D’un seul coup, plus de 1000 personnes ont perdu leur toit, les laissant sans défense contre la neige et le froid.

Même avant l’incendie, la situation des réfugiés en Bosnie était catastrophique : des milliers d’entre eux devaient tenir bon dans les forêts et les ruines.

À la frontière extérieure de la Croatie avec la Bosnie, les personnes en quête de protection se voient refuser l’accès à l’UE par tous les moyens. La police des frontières mène des opérations de refoulement dans lesquelles la violence est systématiquement utilisée. Le gouvernement allemand soutient cette approche – pas plus tard qu’en décembre, 20 véhicules d’une valeur de 800 000 euros ont été donnés à la police des frontières croate.

Vucjak, Moria, Lipa – les noms des camps changent, mais ce qu’ils montrent reste le même : l’UE compte sur l’isolement à tout prix !

Nous ne l’acceptons plus ! Nous exigeons :

  1. L’arrêt immédiat des violents refoulements illégaux aux frontières extérieures de l’Europe. Le droit de toute personne à accéder à une procédure d’asile équitable dans l’UE doit enfin être respecté ! #NoPushbackisLegal
  2. Le soutien à la police des frontières croate doit cesser immédiatement.
  3. Le gouvernement fédéral doit agir immédiatement et évacuer les camps. Les villes et les communes de Suisse sont également prêtes à les accueillir. #WirHabenPlatz et exigeons #AnahmeStattAbschottung.

La Suisse et l’UE doivent enfin prendre leurs responsabilités. La reconstruction improvisée de tentes à Lipa n’est pas une solution pour la population. Les camps ne sont pas une solution. Ils font partie du problème!

Nous resterons bruyants jusqu’à ce que les frontières extérieures de l’UE ne soient plus un espace de non-droit ! Parce que #NoPushbackIstLegal !

Save Eichwäldli, Refugees Welcome!

30. January 2021
Nouvelles

La ville de Lucerne ne s’est toujours pas abstenue d’annoncer la démolition du logement de remplacement Eichwäldli. La démo d’aujourd’hui est dirigée contre la démolition absurde, pour des projets autodéterminés, des quartiers et des villes ainsi qu’une vie dans l’amitié et la solidarité. Seebrücke Luzern participe avec un discours à la journée d’action #KeinPushbackistlegal, qui a également lieu aujourd’hui.

La comparaison entre une frontière extérieure de l’Europe fermée et la menace d’expulsion d’un espace de vie lucernois semble peut-être farfelue. Mais au fond, les ministères et les gouvernements empêchent une chose en commun : la bonne vie pour tous !
Ils ne veulent pas de gens qui viennent d’ailleurs, ni de gens qui mènent une vie différente de celle que leur norme bourgeoise exige.

Les incendies dévastateurs de Moria sur l’île grecque de Lesbos, du camp Lipa en Bosnie et du camp Vathy sur l’île grecque de Samos sont devenus emblématiques de la crise de solidarité européenne. Cette crise s’est transformée depuis longtemps en une catastrophe humanitaire.

Pour aujourd’hui, le pont des Balkans a appelé à une journée internationale d’action. Dans les Balkans et dans les camps situés aux frontières extérieures de l’Europe, les gens sont exposés à la lutte pour la survie. Ils sont gelés, affamés, blessés physiquement et émotionnellement. Pensons aussi à eux aujourd’hui. Accueillons les gens ensemble et battons-nous pour leur arrivée et leur droit de rester.

Nous connaissons les Eichwäldli comme un lieu où les gens sont autorisés à arriver. Comme un lieu où les personnes antiracistes et antifascistes peuvent se mettre en réseau. L’Eichwäldli est un lieu où les personnalités sont créatives et colériques. C’est exactement ce dont nous avons besoin.

Unissons-nous, travaillons et défendons ce que nous voulons tous : Un logement et un abri pour tous. Eichwäldli reste, réfugiés bienvenus !

Source de l’image : https://www.facebook.com/eichwaeldlibleibt/photos/108203174449647

La municipalité de Turgi n’accepte pas les réfugiés de Moria

10. January 2021
Nouvelles

En décembre, une pétition a été déposée dans la municipalité argovienne de Turgi afin d’accepter des réfugiés de Moria. Les initiateurs critiquent la situation dans les camps des îles grecques et soulignent le large soutien à l’évacuation de ces camps par la population suisse, les églises nationales et de nombreuses organisations.

Toutefois, le conseil municipal n’est pas prêt à accepter d’autres réfugiés. Une fois de plus, il est fait référence à la responsabilité de la Confédération. En outre, le nombre de réfugiés pris en charge est déjà supérieur au quota fixé.

Le fait que ces arguments ne s’opposent pas à une nouvelle admission au gouvernement fédéral est déjà démontré par 25 villes et municipalités en Suisse, dont la municipalité voisine de Baden, qui voudrait accueillir 14 personnes du nouveau camp de Kara Tepe.

Tous les détails sur la proposition.

Source de l’image: https://static.az-cdn.ch/__ip/nUyE6Jf3rMSaucWthTaA27YfjxQ/27d056c675cf5002fc1b1e68b9202867b6b05500/n-small2x-16×9-far

Revue annuelle de la Méditerranée

28. December 2020
Nouvelles

En 2020, la traversée de la mer Méditerranée était à nouveau l’une des voies d’évacuation les plus fréquentes et les plus meurtrières vers l’Europe. La plupart des bateaux gonflables ou en bois partent de Libye. Là, les gens attendent dans des camps inhumains et beaucoup sont interceptés par les garde-côtes libyens ou se retrouvent en détresse en mer.

Bien que le sauvetage en mer soit une tâche d’État, les organisations civiles de sauvetage en mer doivent sauver des personnes de la noyade et sont en outre entravées et criminalisées. Par exemple, les navires se voient souvent refuser l’autorisation d’entrer dans un port européen pendant une longue période, même s’il y a souvent à bord des personnes qui ont besoin de soins médicaux urgents, notamment des enfants et des femmes enceintes. Ou bien les navires sont immobilisés pour des raisons abstruses et incompréhensibles et les opérations doivent parfois être effectuées sans la coordination des autorités maritimes.

Les navires des ONG sauvent des vies

En 2020, un total de 3 500 personnes ont été sauvées par huit navires d’ONG. Mais on ne peut pas, de loin, détecter toutes les personnes qui fuient de l’autre côté de la Méditerranée. Pour l’ensemble de l’année 2020, l’OIM (Organisation internationale pour les migrations) a enregistré 1’111 décès dans l’ensemble de la Méditerranée et 739 décès en Méditerranée centrale. 82 704 personnes ont atteint l’Europe continentale. Plus de 11 000 personnes ont été interceptées par les garde-côtes libyens en 2020 et ramenées à terre. La pandémie de Covid 19 a encore compliqué le travail des ONG cette année. La crise a parfois entraîné l’arrêt complet de certaines missions en Méditerranée.

“En raison de la pandémie de Corona, les politiciens* ont, à juste titre, beaucoup parlé de la nécessité de faire tout ce qui est possible pour sauver des vies humaines. Malheureusement, cela ne semble pas s’appliquer aux personnes qui se noient en Méditerranée. Aujourd’hui, nous en sommes au point où les gouvernements de l’UE restent les bras croisés alors que des personnes se noient dans la mer Méditerranée et que des demandeurs d’asile souffrent de la faim, de la peur et de la douleur sur les îles grecques”.

Gordon Isler, président de Sea-Eye

En mars, tous les navires civils de sauvetage en mer ont été immobilisés en raison d’une modification des règles de sécurité des navires ou pour cause de la pandémie COVID-19. D’après les recherches de Der Spiegel, le ministère des transports a voulu empêcher spécifiquement le sauvetage en mer. Des lettres du ministère de l’Intérieur ont été envoyées dans lesquelles il est expressément demandé de ne pas naviguer. La nouvelle mission de l’UE “Irini” a pour tâche de surveiller l’embargo sur les armes à destination de la Libye et l’expansion des garde-côtes libyens, le sauvetage en mer n’étant pas pris en compte.

Sur les sols peu fertiles de la pandémie de Covid 19, les navires ne sont souvent pas autorisés à entrer dans un port. En conséquence, la situation à bord des navires s’est détériorée à tel point qu’un homme a tenté de s’enlever la vie et, en septembre, plus de 120 personnes ont tenté de se rendre à la nage sur le continent italien. En mai, plusieurs navires de sauvetage ont été retenus par les autorités italiennes. En réponse, le bureau des droits de l’homme des Nations unies a exigé l’ouverture immédiate des ports et a critiqué la détention des navires de sauvetage ainsi que les “refoulements” vers la Libye, qui sont en violation des droits de l’homme. Les pays de l’UE concernés ont violé le droit international avec ces mesures.

Les derniers mois de 2020 ont été marqués par la détention renouvelée de navires de sauvetage civils et d’avions de reconnaissance civils. Quelques missions de sauvetage ont pu être menées à bien malgré les blocus.

“L’année 2020 a été extrêmement épuisante et frustrante pour tous les sauveteurs en mer*”.

Gordon Isler, président de Sea-Eye

SEEBRÜCKE Berne soutient le Sea-Eye

En octobre 2020, Sea-Eye a acheté un navire de ravitaillement offshore (construit en 1972) grâce au soutien de l’alliance de sauvetage en mer United4Rescue afin de le convertir pour des opérations de sauvetage. Le Sea-Eye 4 devrait être opérationnel à partir de février 2021. Nous espérons votre soutien sur terre et en mer. Faites passer le mot à vous-même et aux autres. Actuellement, Sea-Eye organise toujours une collecte de fonds à Berne. Nous voulons financer une journée de sauvetage du nouveau navire. Vous pouvez aider à atteindre l’objectif en cliquant sur le lien suivant : https://betterplace.org/f36493

Sources :

  • Nadja Schlüter, Raphael Weiss, 12/23/2020 Now : Ces ONG opèrent actuellement en Méditerranée. Sauvetage en mer en Méditerranée 2020 – le bilan – SZ.de (sueddeutsche.de)
  • SOS Méditerranée Suisse. SOS MEDITERRANEE – SOS MEDITERRANEE Suisse

Baden veut accueillir 14 réfugiés de Moria

10. December 2020
Nouvelles

Hier, le conseil des habitants de Baden (AG) a approuvé à une nette majorité l’admission des réfugiés de l’ancien camp de Moria à Lesbos. Une majorité de tous les groupes parlementaires a voté en faveur de cette initiative, à l’exception de l’UDC. Auparavant, le conseil municipal avait déjà exprimé sa volonté d’accepter les réfugiés.

Plus précisément, la ville de Baden s’est déclarée prête à accueillir 14 réfugiés de Moria. Il invitera le canton et la Confédération à prendre les mesures nécessaires pour permettre l’accueil des réfugiés de Moria.
L’initiatrice Nora Langmoen déclare : “Le canton et la Confédération bloquent l’accueil des réfugiés de Moria. C’est incompréhensible et décevant. Il est donc d’autant plus important que le conseil des habitants de Baden se déclare également prêt à accepter des réfugiés si cela est possible. Plus il y aura de villes et de communes participantes, plus le canton et le gouvernement fédéral seront susceptibles de déménager”.

À cette fin, Baden se coordonnera également avec d’autres villes et municipalités du canton d’Argovie qui sont prêtes à accepter des réfugiés, ainsi qu’avec Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Lucerne, Saint-Gall, Winterthur et Zurich, qui ont adopté des initiatives similaires pour l’accueil des réfugiés.
Quelque 25 villes suisses ont désormais déclaré leur solidarité avec les personnes qui ont fui et sont prêtes à les accueillir.

Tous les détails de l’initiative.

Bildquelle: www.baden.ch

Bülach doit accueillir directement les réfugiés

7. December 2020
Nouvelles

Les conseillers municipaux du SP Bülach et du Parti Vert Bülach demandent au conseil municipal de soutenir l’admission directe des réfugiés de la région égéenne.

En avril 2020, un appel signé par plus de 100 personnes intitulé “Bülach soutient les réfugiés” a été présenté au conseil municipal. Comme le conseil municipal n’a pas pleinement répondu aux demandes, un postulat avec une demande concrète suit maintenant :

Le conseil municipal doit déclarer au Conseil fédéral qu’il est prêt à accepter des réfugiés directement dans sa communauté. “Comme le Conseil fédéral s’est jusqu’à présent abstenu d’accepter directement des réfugiés, il nous appartient, à nous les communes, d’exhorter le Conseil fédéral à changer de cap et à se montrer en même temps disposées à en assumer les conséquences”, explique l’initiateur Dominik Berner du PS Bülach.

En outre, le Conseil municipal devrait préciser comment l’accueil direct et l’hébergement des réfugiés dans le centre d’asile “Müliweg” peuvent être assurés dans un avenir proche si la Confédération autorise l’accueil direct.

Tous les détails de l’initiative.

Source de l’image : SP Zurich, https://buelach.spkantonzh.ch/app/uploads/2020/04/2020.04.08.Rathaus_1.jpeg

Les petites communautés se déclarent réceptives

23. November 2020
Nouvelles

Après que dix grandes villes suisses se soient déjà déclarées prêtes à accueillir des réfugiés dans les camps des îles grecques au cours des derniers mois face à la catastrophe humanitaire, de plus en plus de petites villes et de villages se déclarent maintenant également prêts à accueillir des réfugiés. Cela augmente la pression sur la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, qui bloque l’accueil des réfugiés par les villes au niveau fédéral. Les conditions juridiques pour cela sont déjà en place.

Dans une première vague de réactions positives, six villes ont déclaré publiquement leur volonté d’accueillir des réfugiés et l’ont communiquée au Conseil fédéral :

Wohlen (BE) : La municipalité de Wohlen a écrit au SEM pour lui demander d’intensifier de manière significative l’aide suburbaine, et en particulier l’accueil sans complications des réfugiés vulnérables du camp incendié de Moria, compte tenu de la situation humanitaire à Lesbos. En même temps, la communauté offre, dans les limites de ses possibilités, à la fois un soutien financier pour l’aide locale et un soutien sous forme d’hébergement et de soins dans la communauté.

Sevelen (SG) : La municipalité de Sevelen est prête à accueillir et à s’occuper d’une famille en plus des réfugiés déjà affectés.

Arlesheim (BL) : Le conseil municipal soutient la demande des pétitionnaires et a confirmé sa volonté d’accepter cinq personnes supplémentaires d’un campement sur une île grecque. Le canton a été informé de cette volonté.

Baden (AG) : La ville de Baden est prête à envisager des admissions supplémentaires si le gouvernement fédéral et le canton créent les conditions légales. Cette information a été communiquée à la Confédération par le biais de l’Initiative des villes pour la politique sociale.

Penthalaz (VD) : La municipalité de Penthalaz attend de la Suisse qu’elle accueille de manière adéquate les personnes venant des camps grecs afin de réduire la situation d’urgence qui y règne et se déclare prête à accueillir elle-même des familles.

La ville de Lausanne (VD) a de nouveau exprimé sa volonté d’accueillir des personnes et ses efforts pour travailler à une solution au niveau fédéral. La ville espère coopérer avec les autres villes d’accueil

Une pétition a été envoyée aux villes, qui pourrait continuer à être utilisée pour augmenter encore le nombre de villes désireuses d’accueillir des familles et le rendre visible.

Tous les détails sur la pétition